Accédez à votre énergie sacrée, J. Orloff

Suivi individuel pour une pratique ésotérique en toute confiance

par briséis » Jeu 22 Sep 2011, 08:41

voilà 66 pages gratuites de ce livre qui n'est plus édité, que l'on trouve sur le net :
-http://www.ariane.qc.ca/upload/livres/98pdf1.pdf


vu la taille du texte, je ne refais pas la mise en page, mais vous avez le même texte en cliquant sur le lien ci dessus

merci à mandra qui l'avait trouvé il y a quelques temps



Introduction à la méthode
pour épanouir l’énergie sacrée
et à la psychiatrie énergétique :
retrouvez vos ressources d’énergie
Passez-vous votre temps à courir, au seuil de l’effondrement ? Croulezvous
sous les engagements, incapable de les refuser ? Les vampires
d’énergie ont-ils laissé sur vous les traces de leur morsure ? Le journal télévisé
saturé de violence tarit-il votre énergie ?
Une crise énergétique souterraine menace notre monde. Notre
société hautement technologique et lunatique induit en nous un épuisement
persistant tant physique qu’affectif et spirituel. Nous sommes
assaillis par une pléthore d’informations. Et notre asservissement aux
téléavertisseurs, au courrier électronique, au télécopieur et au téléphone
nous éreinte tant et si bien que le technodésespoir forme désormais notre
lot à tous. Par ailleurs, nous voici opprimés par les réalités géopolitiques ;
des forces hostiles s’opposent à nous et ce, à l’échelle globale. Pas étonnant
que notre énergie en pâtisse ! Le plus inquiétant, c’est que nous en
sommes venus à considérer comme normaux ces états de fatigue et d’abattement.
Il faut impérativement modifier cette attitude insensée que
conforte notre société, peu importe les menaces extérieures. Grâce à des
procédés uniques capables de libérer l’énergie, cet ouvrage vous apprendra
1
comment vous débarrasser des tensions qui vous tuent et comment
concevoir un mode de vie épanouissant et gratifiant.
Avec ce livre, je veux également vous introduire à la psychiatrie énergétique,
une expression de mon cru qui fait référence à une forme nouvelle
de psychothérapie que j’ai mise au point afin de traiter les bases
énergétiques subtiles qui sous-tendent la santé et le comportement.
La psychiatrie énergétique est une sous-spécialité de la médecine
énergétique ; elle conçoit le corps humain et l’esprit comme l’expression
d’énergies subtiles. Les traditions thérapeutiques dans plusieurs cultures
envisagent ces énergies subtiles comme la force vitale, un concept qui fait
déplorablement défaut dans le domaine des soins de santé. Quel leurre !
Car il s’avère impossible de définir l’être humain sans cette notion. La
psychiatrie énergétique fait appel à la science médicale conventionnelle,
mais elle fait également appel à ce concept d’énergie subtile afin de maximiser
notre force vitale grâce à des méthodes qui peuvent être utilisées au
quotidien. Cette approche amène un vaste éventail de connaissances sur
l’énergie subtile et l’applique spécifiquement à la psychiatrie, domaine qui
utilise de plus en plus la médication et qui est de plus en plus en mal de
nouvelles idées.

En tant que psychiatre, je n’ai jamais consenti à me montrer prudente
dans le seul but de me conformer au statu quo. Pour que mes
patients bénéficient de l’ensemble de mes ressources, j’ai dû aller au-delà
des normes établies définissant ce que doit être un médecin. Outre ma
formation universitaire, je suis aussi une personne intuitive, issue d’une
longue lignée de femmes douées de cette faculté – ma grand-mère, ma
mère, mes tantes, jusqu’à ma tante Bertha, une embaumeuse spécialiste
du tarot. Mon approche fait appel à des messages non linéaires constitués
d’images, de connaissances et d’interprétations de champs énergétiques ;
ces messages me permettent d’aider mes patients. Voilà une puissante
alchimie qui améliore ma pratique de la médecine. (Mes efforts pour
associer l’intuition au domaine aride de la science sont décrits dans mes
ouvrages Dr Judith Orloff ’s Guide to Intuitive Healing et Second Sight.)
Davantage qu’un travail, c’est la passion de toute une vie. Une séance avec
un patient est une période sacrée. Pendant cinquante minutes, ce dernier
devient mon univers, il retient toute mon attention. J’écoute ce qu’il a à
dire, mais aussi ce qu’il tait. Suivre mes patients avec l’intellect et l’intuition
est passionnant ; je suis un instrument bien affûté, un médium qui
délivre des prescriptions étonnantes pour des situations en apparence
insolubles.
Malheureusement, les cours de médecine n’abordent pas la question
de l’énergie. J’ai toujours éprouvé une curiosité irrépressible, nuancée de
tendances rebelles. Rejeter ce qui me semble faux ne me pose donc pas de
problème. (À l’instar de mes prédécesseurs féminins, j’ai émergé du ventre
de ma mère, entêtée et forte !) Pas étonnant que, lorsque j’étais étudiante,
la perception assommante de l’énergie qu’entretient le corps médical ne
m’ait jamais intéressée. Les professeurs nous enseignaient, l’air blasé, que
l’énergie ressemble à de l’essence : on la reconstitue grâce à un régime alimentaire
sain, au sommeil et à l’exercice, puis l’on se lance à la conquête du
monde. (Et même ces notions élémentaires n’étaient abordées que comme
accessoires aux sciences « pures et dures ».) Nous mesurons notre niveau
d’énergie à notre capacité de réalisation. Lorsque le réservoir baisse, il faut
refaire le plein. Malgré la gratitude que j’éprouve pour ma formation
médicale – à mes yeux, c’était une formation initiatique –, j’ai pris
conscience que cette conception de l’énergie est pour le moins anachronique.
Elle ne tient compte de l’énergie que dans sa forme la plus grossière.
Pour accéder à une source plus vaste, il faut également puiser aux
énergies subtiles latentes au-delà de la surface. Chez la plupart des gens,
elles demeurent à l’état potentiel.
Introduction 3
Il faut revoir les programmes des écoles de médecine pour qu’ils
enseignent aux étudiants la manière de sentir le plein spectre de leur
réserve énergétique et d’y accéder. Il ne suffit pas d’indiquer à quelqu’un
comment bien s’alimenter, il faut aussi lui apprendre à choisir des aliments
qui procurent une recrudescence énergétique spécifique. À quoi
bon conseiller à un patient de dormir davantage si vous ne lui enseignez
pas à se détendre ? Voilà pourquoi les recommandations traditionnelles
sur l’énergie n’ont aucun effet. Vous suivez les instructions du médecin à
la lettre et vous vous sentez toujours épuisé ? Vous n’êtes pas responsable.
Il vous faut une prescription plus complète. Je vous l’offre ici.
Ce livre est un manifeste appelant à l’activisme, un appel incitant à
retrouver votre vitalité grâce aux méthodes de la psychiatrie énergétique.
Il s’adresse aux gens sous pression qui voient leur vitalité compromise ou
qui ne suffisent pas à la tâche. Si vous êtes un bourreau de travail, si votre
boulot occupe chaque minute de votre temps ou si vous êtes un parent
jonglant avec la famille et la carrière, cet ouvrage vous sera d’un précieux
secours. Vous serez heureux d’y découvrir des solutions aux symptômes
soi-disant psychosomatiques, tels que la fatigue chronique, la fibromyalgie,
la dépression et l’anxiété. Cet ouvrage s’adresse également aux personnes
que les tumultes de notre époque touchent fortement et qui luttent
pour demeurer équilibrées. Vous apprendrez à vous prémunir contre
les gens qui siphonnent votre énergie, ainsi que la manière de combattre
ces sentiments d’impuissance ou de panique qui nous affligent face au
chaos social actuel. Par ailleurs, ce livre vous sera utile si vous allez bien,
mais cherchez à vous sentir encore mieux. Chacun de nous peut profiter
d’une recrudescence de vitalité.
Nous habitons un monde où sévissent la violence, l’égocentrisme,
l’instabilité économique et des maux inquiétants. Cependant, on y rencontre
aussi l’amour, les miracles et la guérison. Nous sommes des parties
de vastes champs énergétiques invisibles en mouvement. Ceux-ci sont soit
négatifs, soit positifs et ils influent sur la santé planétaire et individuelle.
Je vous enseignerai la formule permettant d’accroître votre énergie, ainsi
que la manière d’étoffer l’énergie positive et de transformer la négativité –
une condition préalable à la tranquillité d’esprit et à la survie. Pour
reprendre les paroles d’Helen Keller : « Tourner nos visages vers le changement
et nous comporter en toute liberté en présence de la destinée ; voilà
4 Accéder à son énergie sacrée
une force invincible. » Ce livre fera la lumière sur cet univers intangible. Il
vous apprendra à mieux maîtriser votre énergie pour qu’ainsi, vous compreniez
où elle fuit et comment la récupérer.
Nous savons tous que nos sources d’énergie sont l’alimentation, le
sommeil et l’exercice. En revanche, nous subissons également l’influence
d’un réseau très vaste de champs énergétiques que nos cinq sens ne perçoivent
pas. Songez à la gravité, cette force d’attraction vers le noyau terrestre
qui nous retient au sol. Ou aux champs magnétiques : vous vous rappelez
certainement ces objets métalliques mystérieusement attirés par un aimant
dans vos cours de science à l’école primaire. De manière analogue, il existe
un champ énergétique, une « vibration », émanant de tout ce qui nous
entoure, qu’il s’agisse des aliments, des amis ou des événements de l’actualité.
Notre réaction à ces vibrations transparaît dans notre niveau d’énergie.
Ces états que nous considérons d’habitude comme appartenant au
domaine physique, affectif ou sexuel et que traduisent des expressions
comme « mon coeur bat la chamade », « j’ai peur » ou « le désir me
trouble » ne sont finalement que l’expression diversifiée de l’énergie subtile.
Si vous êtes particulièrement sensible et que vous êtes souvent vidé ou
épuisé, cette approche vous permettra de mener une existence exubérante
plutôt qu’une vie dans laquelle vous passez votre temps à vous remettre.
Ce livre présente des méthodes issues de la psychiatrie énergétique
qui permettent d’accéder à ce domaine ineffable. L’énergie n’est pas qu’un
phénomène diffus. Je vous indiquerai comment l’analyser et comment
l’utiliser pour votre bénéfice. Pour commencer, sachez qu’elle a deux
pôles : positif ou négatif. Si vous souhaitez prendre en main votre santé et
votre état d’esprit, il faudra vous familiariser avec l’une et l’autre.
Ainsi, vous apprendrez à exploiter l’énergie positive. (Faire de son
mieux pour être quelqu’un de bien, voilà qui apporte la plénitude à notre
monde en crise.) L’énergie positive consiste en ces forces bienveillantes et
épanouissantes qui émanent de l’intérieur (la compassion, le courage, la
clémence et la foi) et de l’extérieur (des amis qui vous aident, un travail
créatif, la faculté de rire ou une sexualité épanouie). Le respect de la Terre
et de ses créatures, une grande capacité de tolérance ainsi que la volonté
d’instaurer une civilisation pacifique : voilà d’autres sources d’énergie
positive. Ces éléments sont aussi indispensables à notre survie que la
nourriture ou l’oxygène.
Introduction 5
Vous développerez votre aptitude à contrer et à transformer l’énergie
négative qui nous consume et qui provoque la maladie. Ce type d’énergie
nous contraint à la petitesse, à la mauvaise santé ; elle nous détourne du
meilleur de nous-mêmes. Elle est peut-être produite par notre peur, notre
mépris de nous-mêmes, notre rage ou notre honte – ce terrorisme affectif
que nous nous infligeons sans en mesurer les conséquences. Si nous ne
nous sommes pas résolus à identifier et à guérir ces forces négatives, elles
nous consumeront. Pis encore, elles sont susceptibles de motiver des passages
à l’acte dans les sphères sociales et politiques, entraînant la destruction.
Les enjeux sont de plus en plus élevés. En tant que nation, nous
n’avons d’autre choix que de gérer ces énergies négatives : le terrorisme
international (« ce virus au sein de la communauté humaine », pour
reprendre l’expression d’un ami dans la Marine qui est à la tête des opérations
spéciales en Afghanistan), le racisme, la pollution, la dépréciation
des femmes… Pensez encore à notre quotidien : les personnages toxiques,
les embouteillages, le harcèlement sexuel au travail et le technodésespoir
sont des éléments néfastes aussi insidieux que la fumée des autres.
Chacun doit découvrir ce qui le mine, que ce soit des facteurs insignifiants
ou importants, car ils varient d’une personne à l’autre. Par
exemple, dans le O Magazine, Oprah Winfrey affirme : « La télévision
possède son propre champ énergétique – elle diffuse de l’énergie, mais elle
en engloutit également. Voilà pourquoi je préfère la lecture. »
Parallèlement, vous devez cerner et supprimer les influences qui vous fragilisent.
Ou alors, si vous ne pouvez pas les éviter, il faudra trouver le
moyen de vous en préserver et de les transmuer. Pour chaque instant
lumineux que nous goûtons, il y a toujours une force interne ou externe
prête à nous anéantir. Accueillez le positif et refusez le négatif : dès lors,
vous disposerez d’une profusion d’énergie et d’un invincible optimiste.
Je sais qu’en l’absence d’une stratégie délibérée, il est presque impossible
de respecter votre énergie. Des années durant, j’ai oscillé entre des
semaines d’activité intensive à donner des conférences de Manhattan au
Montana et des périodes d’effondrement, au retour à la maison. Je sais
trop bien ce que c’est que de rentrer chez soi comme un zombie après une
longue journée, pour s’effondrer sur son lit, épuisé. Même exténuée,
j’étais incapable de refuser des occasions « immanquables », alors j’acceptais
et en subissais les conséquences. Toutefois, aussitôt remise sur pied, je
6 Accéder à son énergie sacrée
Introduction 7
reprenais mon rythme effréné : une autre fluctuation énergétique
extrême. Mon dilemme était celui-ci : j’avais confiance en mon intuition
et, sur le plan professionnel et personnel, je m’étais engagée à la suivre. Par
contre, depuis quelques années, j’avais été contrainte d’admettre mon
ignorance en la matière. Je réussissais merveilleusement pour ce qui était
d’aider les autres à se fier à leur intuition et à mener des existences
sémillantes, mais en ce qui me concernait, je faisais fi des avertissements
funestes qui signalaient ma propre crise énergétique. Même si j’étais bien
informée, il m’a fallu déployer des efforts herculéens afin de m’astreindre à
respecter enfin les rythmes de mon corps. Je finis par souffrir d’une
fatigue si importante que je fus contrainte de changer. Mon engagement à
écrire ce livre témoigne du fait que je me refuse désormais à faire violence
à mon talent pour la passion.
J’ai toujours mis en pratique ce que j’enseigne. Je ne suis pas du
genre à réussir facilement. J’avance péniblement. Je me casse la figure. Je
me remets sur pieds. Je tiens bon. Chaque épreuve me rend plus sage,
plus libre, plus éprise de ces jours précieux qu’on nous a accordés. Peutêtre
êtes-vous un peu comme moi : lorsque je débordais d’énergie, j’étais
persuadée que j’allais toujours en avoir. Et, quand elle était au plus bas et
que je finissais par la retrouver, je me sentais renaître. Je remerciais les
cieux de m’avoir épargnée. Que votre crise énergétique soit insignifiante
ou que, comme la mienne, elle vous mette à plat, cette méthode vous
apprendra à traiter l’énergie comme un don. Désormais, vous vivrez cette
expérience extraordinaire de fonctionner à pleine capacité ; mais pour y
parvenir, il faudra « être » tout autant que « faire ». Votre énergie est beaucoup
plus mystique, plus séduisante, plus extatique que vous n’auriez pu
l’imaginer.
Même si les Occidentaux estiment que l’énergie subtile est ésotérique
ou Nouvel Âge, elle est pourtant à la base millénaire de plusieurs traditions
médicales. À mon sens, la réaction de notre société est celle du
légendaire éléphant dans un salon : il est là, devant nous, mais nous ne le
voyons pas. La médecine chinoise désigne l’énergie subtile par le terme chi
ou qi. Chez les kahunas hawaïens, on l’appelle mana. L’énergie subtile est,
dans la tradition yogique et ayurvédique de l’Inde, connue sous le nom de
prana, sous le nom de ni chez les Amérindiens, sous le nom de num chez
les shamans de l’Afrique, sous le nom de bio-champs [biofields] chez les
scientifiques américains et sous le nom de champs morphiques [morphics
fields] chez une génération dissidente de physiciens et de biologistes internationaux
qui va croissant. Les aborigènes de l’Australie croient que les
individus qui sont accordés à l’énergie subtile sont capables de guérir et de
communiquer par télépathie. Je considère sérieusement déficiente une
culture qui ne possède aucun terme éloquent pour désigner cette énergie à
multiples facettes que tant de systèmes de pensée associent à notre nature
essentielle.
La science occidentale rattrape peu à peu son retard. Nous connaissons
tous la célèbre formule de Einstein: e = mc2 : l’énergie et la masse
sont interchangeables. Ce n’est que récemment que les scientifiques se
sont mis à appliquer cette loi universelle de la physique à notre santé. La
psychiatrie énergétique conçoit l’importance d’équilibrer le corps (la
masse) et l’esprit pour prévenir la maladie. Même si la structure de l’énergie
subtile n’est pas encore entièrement définie, on a enregistré une hausse
des émissions de photons et des fluctuations électromagnétiques autour
des praticiens qui génèrent cette énergie. Encore plus révolutionnaire,
Stephen Hawking, un astrophysicien de l’Université de Cambridge, a formulé
la théorie la plus audacieuse : la « théorie des membranes » [brane
theory]. Cette théorie émet l’hypothèse que le monde que nous percevons
repose sur une fine membrane qui nous sépare des autres vastes univers
d’énergie subtile. Paradoxalement, c’est notre perception limitée qui nous
empêche de voir ces sphères d’existence qui se trouvent précisément sous
notre nez tridimensionnel !
Je suis également ravie que les National Institutes of Health financent
désormais grand nombre d’études scientifiques sur les thérapies utilisant
l’énergie : on évalue ainsi les effets salutaires du yoga sur l’insomnie,
de même que les bienfaits du qigong en tant qu’adjuvant dans le traitement
du cancer. Il est dorénavant démontré que le toucher thérapeutique
(la guérison avec les mains) accélère la cicatrisation des blessures, qu’il
maximise les réactions immunitaires et qu’il apaise la douleur. Au
Presbyterian Hospital, à New York, on a fait appel à des guérisseurs énergétiques
lors d’opérations à coeur ouvert. La guérison à distance est encore
plus évoluée ; il s’agit de l’aptitude, démontrée scientifiquement, d’influer
positivement sur les enzymes, les plantes et les êtres humains en diffusant
de l’énergie subtile de loin. La guérison énergétique a récemment fait la
8 Accéder à son énergie sacrée
une du magazine Time et du Western Journal of Medecine. Les deux publications
firent état d’une étude marquante prouvant que ce procédé était
capable d’atténuer les symptômes débilitants qui apparaissent dans les
stades avancés du SIDA. Ces recherches indiquent en outre que nous
sommes à l’aube d’importantes découvertes dans le domaine de l’énergétique
humaine. Ces preuves scientifiques et les découvertes imminentes
m’enthousiasment au plus haut point.
Mon approche novatrice en psychiatrie énergétique vous permettra
d’éveiller et de maîtriser votre énergie dès maintenant. (La psychiatrie
énergétique diffère de la psychologie de l’énergie ; cette dernière tient
aussi compte de cette sphère subtile, mais tire cependant son origine de la
chiropratique. Elle fait appel à des techniques d’acupression et aux tests
musculaires.) Pour ma part, je m’appuie fortement sur l’expérience pragmatique,
et non sur une démarche cérébrale. Je ne me contente pas
d’émettre des « ah ah », drapée d’un sarrau blanc et d’un détachement
proprement scientifique. Je n’exige pas de mes patients (ni de vous) qu’ils
me croient sur parole au sujet de l’énergie subtile. Il est indispensable de
la ressentir. Mes patients doivent vraiment travailler !
Pour commencer, j’enseigne aux patients à pressentir l’énergie qui
imprègne et entoure le corps, formant un champ semblable à une capsule.
Je les aide à sentir les centres énergétiques au milieu du corps, que l’on
nomme chakras. Ressentir ces énergies n’est pas que l’apanage des mystiques,
c’est aussi le fait de gens merveilleusement ordinaires. Si un patient
déclare : « Je ne peux y arriver » ou « Je ne ressens rien », je ne lui permets
pas de s’arrêter là. J’approche, par exemple, la paume de ma main de la
sienne, sans la toucher. Ensuite, je l’amène à percevoir l’énergie qui circule
entre nos deux paumes. J’explique qu’il n’est pas possible d’analyser cette
perception. Pour déceler les nuances de l’énergie, j’exerce mes patients à
affiner leur intuition. Sagesse intérieure puissante, exempte du filtre de
l’esprit rationnel, l’intuition nous permet de percevoir au-delà du
domaine physique. Les bénéfices seront tangibles. Par exemple, pour
prendre des décisions avisées, il est indispensable de savoir si les vibrations
d’une personne sont agréables ou non.
Du fait de la déférence de notre culture à l’endroit de l’intellect,
notre intuition s’est atrophiée. J’inverse la tendance en assimilant l’intuition
à chaque aspect de la psychiatrie énergétique. Je lis intuitivement mes
Introduction 9
patients et leur enseigne à se brancher, eux aussi. Je suis depuis longtemps
parvenue à la conclusion qu’il n’est pas responsable, sur le plan éthique,
de demeurer sur un piédestal d’autorité et de faire une lecture intuitive
des gens sans également leur apprendre à développer leurs propres facultés.
Ce don est à la portée de tous. En s’exerçant, chacun peut apprendre à
s’en servir. J’adore voir l’expression extatique de mes patients lorsqu’ils
perçoivent pour la première fois l’énergie – un rite de passage aussi
mémorable que leur premier baiser. Quelle découverte électrisante ! (Ma
première fois, l’énergie était féérique, comme les cieux. J’ai su alors que
j’avais trouvé ce que j’avais toujours cherché.) Une fois qu’ils s’y sont
accoutumés, mes patients apprennent à discerner ce qui est positif, à
contrer la négativité et à débusquer les traumatismes logés dans leurs
champs subtils, facteurs d’épuisement chronique. En l’absence de cette
faculté si fondamentale, la plupart d’entre nous sont désemparés.
Souvent, les gens viennent me consulter, sceptiques ou confus en ce
qui a trait à l’énergie subtile. Ce n’est pas surprenant. Il s’agit d’un
domaine difficile à interpréter. Je ne suis pas à l’aise avec la langue
employée dans les textes sur le sujet ; le sens est voilé par un jargon scientifique
à l’occidentale, par un galimatias psychologique ou l’emploi de terminologie
médicale chinoise. Pour reprendre les paroles de l’essayiste John
Ruskin : « Le plus formidable accomplissement d’un être, c’est de constater
une chose et de parvenir à l’exprimer simplement. » Du coup, mon
travail consiste à servir de traductrice. Je présente à tous mes patients, aux
novices comme aux expérimentés, une méthode simple pour expliquer
l’énergie sur le plan humain. J’évite les mots à la mode qui éveillent l’opposition.
Par exemple, je préfère employer l’expression « énergie subtile »
plutôt que « chi » ou « aura ». Pour certains, le terme « chakra » fait trop
« hippie », mais lorsque j’emploie l’équivalent « centres énergétiques », les
gens acceptent plus facilement l’idée.
Je ne cherche pas à prêcher aux convertis. Je souhaite que tous mes
patients se sentent à l’aise avec l’énergie subtile. Les plus rationnels d’entre
eux apprécient de prendre connaissance de son historique et des données
scientifiques. Pour présenter les chakras, je m’appuie sur la recherche
médicale occidentale, qui fait actuellement ses premiers pas : les fréquences
lumineuses que l’on capte des chakras correspondent exactement
aux couleurs dont les extralucides font état depuis des siècles. On émet
10 Accéder à son énergie sacrée
désormais l’hypothèse que les chakras sont à la base des fonctions nerveuses
et immunitaires. En outre, je souligne que des traditions séculaires,
dont les civilisations égyptienne, hébreuse, chinoise, grecque et amérindienne
possèdent des concepts équivalant aux chakras yogiques. Lors du
déclin de ces civilisations, de vastes bibliothèques furent incendiées, des
traités entiers remplis de sagesse ésotérique sur l’énergie furent considérés
comme subversifs et dangereux. (La répression en général me répugne,
mais brûler des livres m’a toujours paru particulièrement machiavélique.)
Malgré tout, des vérités si puissantes sont éternelles. Il est merveilleux de
mettre en pratique le travail sur l’énergie, car nous retrouvons ainsi à
l’époque contemporaine une sagesse perdue.
Certains de mes clients sont déjà au fait de l’énergie subtile.
Cependant, encore ici, ils estiment que la psychiatrie énergétique est différente,
fascinante, en raison de ses applications pratiques en psychothérapie
et en réalisation de soi. Même s’ils connaissent le qi par des cours de
yoga ou d’arts martiaux ou encore par l’acupuncture, ils n’ont jamais mis
en pratique un programme énergétique quotidien qui permette d’unifier
l’esprit, les émotions et le corps. Les frontières conceptuelles étriquées de
la psychothérapie conventionnelle m’ont toujours asphyxiée. J’entame
toujours une séance de psychiatrie énergétique en élargissant ces
frontières ; j’y assimile l’intuition et la perception des champs énergétiques.
Par la suite, j’aide les patients à observer au microscope leurs schémas
énergétiques liés à tous les aspects de leur vie – réactions aux gens,
aux orages, aux lieux, aux aliments, aux bruits, aux films, aux odeurs, à
l’éclairage… Je les amène à prendre conscience de l’interaction constante
avec l’environnement : ce qui apporte la paix ou provoque l’agitation. Je
leur apprends ensuite à élaborer des mécanismes d’adaptation sains et à
modifier les stratégies dysfonctionnelles. En tant que psychiatre énergétique,
je ne dénigre pas la perception du patient. Mon expérience personnelle
me permet d’apprécier notre rapport de sensibilité exquise, et parfois
douloureuse, face à l’énergie. Une patiente artiste, souffrant d’une timidité
excessive, était douée d’un sens de l’odorat aussi fin que celui d’un
chien de chasse ; les odeurs incommodantes l’agressaient sans cesse. Afin
de s’en protéger, elle déployait une quantité d’énergie considérable à se
murer. Pis encore, elle avait honte de sa sensibilité. En travaillant
ensemble, elle apprit que, même s’il lui était difficile de s’exprimer, elle
Introduction 11
devait prier certains amis de ne pas porter de parfums en sa présence et
devait exiger que son petit ami se fasse nettoyer les dents régulièrement.
Grâce aux mesures prises par son entourage compréhensif, elle put peu à
peu baisser sa garde et son énergie décupla.
Puisque notre système médical n’admet pas les effets de l’énergie subtile,
plusieurs personnes souffrent en vain. Des années durant, elles
consultent un médecin après l’autre, sans trouver de solution. L’énergie
représente la pièce manquante du casse-tête qui mènerait à des percées
miraculeuses. J’ai aidé des patients souffrant d’agoraphobie (panique dans
la foule), qui étaient en réalité perturbés par les champs énergétiques
propres aux centres commerciaux bondés. J’ai également aidé des patients
à se sevrer de Valium grâce à des techniques de protection. J’ai traité des
boulimiques compulsifs, qui prenaient des centaines de kilos afin de se
cuirasser contre l’énergie des autres. Ces patients ont perdu du poids grâce
à des méthodes leur permettant de cesser d’être comme une éponge. À
des « hypocondriaques obsessifs », j’ai fourni des exercices afin de les aider
à se centrer sur eux-mêmes et à cesser d’absorber les symptômes des
autres. En n’identifiant pas nos réactions sur le plan énergétique, notamment
à ces atrocités globales capables de démolir des gens hautement
réceptifs, nous omettons des facteurs déterminants de notre comportement,
que nous laissons donc sans traitement.
Chacun de nous possède des schémas énergétiques qui lui appartiennent.
Certains nous sont utiles, d’autres pas. À l’instar de mes patients,
vous prendrez conscience de la manière dont vous traitez instinctivement
les vibrations. Par exemple, les intellectuels ont tendance à comprimer
l’énergie, alors que les intuitifs empathiques en dépensent trop. Je souhaite
que mes patients, et vous aussi, découvriez l’art de naviguer sur les
ailes de la destinée, art qui équilibrera votre vulnérabilité et votre sécurité
affective.
Il est possible que, tout comme moi, vous soyez un intuitif empathique
: un être si sensible que vous absorbez souvent à votre insu l’énergie
des autres, ce qui finit par vous miner. Comme stratégie d’adaptation,
nous nous réfugions dans la solitude afin d’éviter la surcharge. Grâce à la
psychiatrie énergétique, les patients prennent conscience que l’empathie
intuitive peut aggraver des troubles, tels que le syndrome de fatigue chronique,
la perte de la libido et l’obésité. Les intuitifs empathiques sont si
12 Accéder à son énergie sacrée
mystérieusement perceptifs qu’ils ressentent ce qui se passe à l’intérieur
des gens, sur le plan émotif ou physique. Ainsi, il leur est difficile de discerner
ce qui vient d’eux et des autres. Nous voilà mis hors circuit sans
savoir pourquoi. Enfant, j’arrivais dans un centre commercial bondé en
pleine forme pour en ressortir exténuée, déprimée ou souffrant d’un nouveau
bobo. Déconcertée, je me confiais à ma mère médecin qui adorait
faire des courses. Elle répondait : « Chérie, tu es simplement hypersensible.
» Ma mère me couvrait d’attentions, elle ne cherchait pas à se montrer
incompréhensive. Elle (et mon père, médecin également) n’avait pas
conscience qu’un endroit bondé de monde est susceptible d’intensifier la
perception de l’énergie d’un intuitif empathique et de l’engloutir.
Pour me guérir, j’ai dû réconcilier mes intuitions, comme l’empathie,
avec la science médicale. Savoir, c’est pouvoir ! Si on vous a déjà reproché
d’être hypersensible, cette analyse des mécanismes de l’empathie vous
éclairera et transformera ce fardeau en atout. Jusqu’à ce que vous appreniez
à travailler avec celle-ci, l’empathie est capable de vous anéantir.
Aujourd’hui, je possède des outils pour me recentrer sur moi-même et
pour éviter de prendre sur moi tous les maux du monde. L’empathie est
désormais un don du ciel. Lorsque je suis à la fois ancrée et réceptive,
j’éprouve un sentiment accru de vitalité, de compassion pour autrui et
d’équilibre qui me permet de supporter notre époque préoccupante. Je
souhaite partager avec vous ces méthodes spécifiques et simples.
J’ai élaboré la méthode pour épanouir l’énergie sacrée en me fondant
sur l’exercice de la psychiatrie énergétique, car elle m’a sauvé la vie, à moi
et à mes patients. En outre, la méthode maximise notre potentiel énergétique.
Je mets un accent particulier sur l’action et la technique. Mon
approche est décidément pragmatique : je souhaite vous aider à améliorer
votre vie, votre santé et vos relations. Si d’autres plans de mise en forme
ont échoué en dépit de vos efforts et de vos bonnes intentions, c’est que
vous avez peut-être opté pour des plans qui allaient fondamentalement à
l’encontre des besoins de votre corps. J’ai rencontré des personnes intelligentes
et avisées qui, pour lutter contre une constipation tenace, avaient
adopté un régime amaigrissant à haute teneur en protéines. Leur corps
réclamait à grand cri une diète équilibrée, mais ces personnes s’entêtaient
jusqu’à ce qu’elles tombent malades et qu’elles doivent renoncer. D’autres
patients font appel à des entraîneurs qui les poussent si durement qu’ils
Introduction 13
encourent de graves blessures. Une actrice, obsédée par le besoin d’être
mince pour obtenir des rôles, faisait fi des signaux de son corps jusqu’à ce
qu’un ligament déchiré au genou la mette hors circuit pendant des mois.
Vouloir perdre du poids et être en santé est tout à fait compréhensible.
Cependant, il est inutile de supplicier notre organisme.
Cette méthode vous aidera à trouver une approche qui vous correspondra.
Elle se base sur la compassion ; vous blesser de quelque manière
que ce soit est aberrant. Faire appel à l’intuition pour pressentir ce qui
vous convient ne revient pas à devenir laxiste. Il faut cependant renoncer
à un masochisme que conforte notre société et adopter une méthode de
mise en forme qui vous corresponde sur le plan intuitif. Vous évitez ainsi
le surmenage et obtenez une réussite durable.
La méthode pour épanouir l’énergie sacrée comporte dix prescriptions
– une par chapitre. Les voici :
Première prescription : Éveiller votre intuition et rajeunir.
Seconde prescription : Adopter une voie spirituelle épanouissante.
Troisième prescription : Concevoir une approche énergétique
appliquée à l’alimentation, à l’exercice et à la santé.
Quatrième prescription : Générer une énergie émotionnelle positive
pour contrer la négativité.
Cinquième prescription : Développer une sexualité centrée sur le
coeur.
Sixième prescription : S’ouvrir au flux de la créativité et de l’inspiration.
Septième prescription : Apprécier le caractère sacré du rire, des
petits soins et de la retraite.
Huitième prescription : Attirer des situations et des gens positifs.
Neuvième prescription : Se protéger des vampires d’énergie.
Dixième prescription : Générer l’abondance.
Après chaque chapitre, je présente une entrevue que m’ont accordée
quelques-uns de mes héros, des personnalités comme Quincy
Jones ou Rosa Parks. Ces entrevues illustrent la manière dont ces personnes
se servent d’une prescription en particulier pour décupler
14 Accéder à son énergie sacrée
l’énergie dans leur vie. J’espère que leurs propos sauront vous inspirer
autant que moi.
La méthode comporte deux volets. La première partie, « Développer
votre énergie », comprend les prescriptions un à sept. Cette partie vous
fera connaître des stratégies pour accroître votre vitalité : de la manière de
surmonter la prise de poids liée aux questions énergétiques jusqu’aux
méthodes pour vous connecter à votre intuition et à votre inspiration. Le
secret pour attiser l’énergie consiste à transcender l’intellect. Pour ce faire,
effectuez les exercices que je donne à mes patients. Par exemple, pour
ranimer la sensualité après une longue journée, un magistrat se plonge
dans un bain au jasmin rempli de pétales de rose. (L’eau est un élément
purificateur.) Il y a aussi ce cadre dans l’industrie du cinéma qui, pour se
débarrasser des mauvaises vibrations générées par deux réunions d’affaires
successives, fait brûler de la sauge. Vous découvrirez aussi de délicieuses
alternatives pour vous détendre. La plupart d’entre nous ont une carence
du côté du plaisir. Des expédients d’énergie subtile pourvoiront à ce
manque. Pour les aptitudes exigeant plus d’efforts, je commencerai graduellement
afin que chaque tâche soit réalisable.
La seconde partie, « Nouer des relations favorables et combattre les
vampires d’énergie », comporte les trois dernières prescriptions. Elle traite
de l’énergie en tant que pièce manquante au casse-tête des rapports
humains. Dans cette section, vous trouverez des stratégies permettant de
comprendre le courant énergétique qui passe entre vous et les autres. Vous
apprendrez à discerner qui vous donne de l’énergie, qui la siphonne et
comment produire une énergie positive qui attirera des situations et des
gens épanouissants. Vous découvrirez comment identifier les vampires
d’énergie susceptibles de tarir vos réserves et comment vous en protéger.
Ces connaissances vous serviront à acquérir une ouverture nouvelle sur le
monde et à établir des liens plus aimants. Pour finir, cette partie de l’ouvrage
examine l’abondance et la générosité du point de vue énergétique.
Vous verrez la différence entre le don mû par la dépendance affective, qui
nous vide, et celui qui vient du coeur, qui fait appel à l’énergie positive et
qui tisse des liens intimes avec autrui.
Cette méthode se veut pratique ; elle vise à simplifier votre existence.
Je vous suggère de vous concentrer sur une prescription pendant une
semaine ; vous compléterez ainsi la méthode en dix semaines. (Si toutefois
Introduction 15
un thème vous intéresse particulièrement, commencez par celui-là.) Vous
pourrez ensuite approfondir les autres thèmes. Je vous assure que cette
méthode n’exige pas que du travail ardu ; ce n’est pas non plus « encore
un truc à faire ». Puiser aux énergies subtiles est sublime ! Ces exercices,
dont la section « Choyez-vous », après chaque prescription, s’adapteront
merveilleusement à votre horaire et à votre mode de vie.
La psychiatrie énergétique et la méthode pour épanouir l’énergie
sacrée commencent avec la personne, mais leurs objectifs dépassent l’individu.
Outre l’autoregénération, vous accéderez à un sentiment profond de
communion avec la collectivité. Un lien énergétique relie chaque être sur
cette Terre. Et cette réalisation marquante et capable de transformer notre
vie fait gravement défaut en notre monde. Une fois qu’elle devient une
réalité tangible et concrète, le sentiment d’être séparés les uns des autres
s’évanouit et la discrimination basée sur la classe sociale, la race ou le sexe
s’estompe. Jusqu’à ce que nous reconnaissions que nous sommes tous
frères et soeurs, l’obscurité prévaudra. Pour parvenir à la paix planétaire,
l’illusion du « nous contre eux » doit se muer en la plénitude du « nous
tous », une union globale qui rend hommage aux points communs et qui
nous lie par le respect mutuel.
Je serais ravie que vous vous serviez de cette méthode pour façonner
un style de vie et une vision du monde uniques et passionnés. Les modifications
suggérées ici n’exigent pas de bouleverser votre ancien mode de
vie, mais appellent simplement un changement d’orientation. J’ai vu
beaucoup de gens en bénéficier, des mères stressées jusqu’aux cadres fonceurs.
Je souhaite que mes prescriptions éveillent l’inspiration, antidote au
conformisme et à l’indifférence. Décupler votre énergie augmentera votre
productivité au travail, vous permettra de mieux gérer votre temps ou de
courir le marathon en un temps record. En outre, vous apprendrez à respirer
la douceur du jasmin la nuit, à vous émerveiller devant la tempête
qui se marie au crépuscule ou à rire spontanément des bêtises. Ce gain
énergétique vous permettra aussi de vous engager, personnellement ou sur
le plan politique ; vous cesserez enfin de vivre sous la tyrannie de la peur
et laisserez plutôt votre coeur et votre intuition dicter vos gestes.
Ce livre, L’énergie sacrée, cherche à ralentir le temps pour qu’il s’ajuste
à vos rythmes naturels. Ainsi, vous deviendrez pleinement présent à votre
vie. Qu’est-ce que cela m’a apporté personnellement ? Les couleurs sont
16 Accéder à son énergie sacrée
plus vives, le parfum de l’océan, plus puissant, mon amant et moi-même
sommes plus prêts l’un de l’autre. Vous savez, notre séjour sur Terre est
beaucoup trop bref. Si vous êtes comme moi, vous ne supportez pas d’en
rater une seule minute. Recouvrez votre énergie et vous retrouverez la passion
en vous. Voilà un processus révolutionnaire qui vaincra toute personne
ou toute situation cherchant à vous garder dans un état inférieur. Je
souhaite surtout que vous vous joigniez à moi dans cet art et dans cette
quête.
Introduction 17

Première partie
Développer votre énergie

Première prescription :
Éveiller l’intuition et rajeunir
Permettez-moi de vous confier un secret qui changera votre vie. Ce
secret est fait d’énergie, de créativité et des cycles de l’existence : leur
alliance fascinante donne naissance à une petite voix intérieure si évoluée
qu’elle est en mesure de vous dire comment exploiter le positif et repousser
la négativité. L’intuition apporte une touche magique aux approches
traditionnelles de mise en forme. En outre, elle vous donne accès au
domaine mystérieux des champs énergétiques, ces vibrations qui émanent
des gens, des lieux, des plantes, de la voûte céleste la nuit. Songez à l’atmosphère
exaltante et contagieuse de Tokyo ou de Rome, aux modulations
voluptueuses et sympathique du saxophone de Coltrane ou au fracas
euphorique des applaudissements au stade des Yankees lorsque l’équipe
locale l’emporte. Jour après jour, vous expérimentez un spectre d’énergies
merveilleusement diversifiées, mais souvent méconnues. Cette première
prescription vous fera comprendre comment l’intuition les enregistre.
Vous affinerez également votre sensibilité au feu de votre force vitale et
découvrirez plusieurs moyens pour la métaboliser et la préserver. En
éveillant votre intuition, vous serez en mesure d’accéder à votre plein
potentiel énergétique. Voilà le secret des secrets : je ne me contenterai de
rien de moins et j’espère que vous non plus.
21
Sur le plan professionnel, en tant que spécialiste de la psychiatrie
énergétique, ainsi que sur le plan personnel, je tiens en haute estime mes
intuitions surpuissantes : je dois la grâce d’être devenu médecin à l’une
d’entre elles. En effet, à l’âge de vingt ans, une voix intérieure ferme m’affirma
que je ferais des études en médecine, ce qui était pourtant la dernière
chose que je voulais faire. J’étais bien sûr l’enfant unique de deux
médecins, issue d’une famille qui en comportait vingt-cinq, des chercheurs
en oncologie jusqu’aux gynécologues. Cette carrière semblait tout
naturellement prédestinée. Or, je n’avais jamais aimé les sciences et les
amis médecins de mes parents m’ennuyaient. À l’époque, j’étais une hippie
et je vivais à Venice Beach, dans une ancienne laverie que mon copain,
un artiste de murales, et moi avions reconvertie en appartement. Je travaillais
dans le département des serviettes à la May Company. Malgré
tout, à mesure que cette intuition faisait son chemin, mon énergie allait
croissant. Hésitante, je m’inscrivis à un cours à l’université, juste pour
voir. Ce cours déboucha sur deux autres pour finir par… quatorze ans de
formation médicale – une épopée qui aurait mené Indiana Jones au seuil
de la démence. Cependant, comme mon intuition s’avérait persistante,
elle me fournissait tout le dynamisme dont j’avais besoin pour aller au
bout de ma vocation.
Une patiente, Laura, a bénéficié de grâces analogues et doit littéralement
la vie à une intuition providentielle. Professeure de mathématiques
pleine d’entrain, elle se mit à souffrir d’un terrible martèlement dans
l’oreille qu’un neurologue réputé identifia comme une forme de migraine
récurrente. En dépit des affirmations du spécialiste, il persistait en elle
« une énergie semblable à un train vrombissant dans tout mon corps qui
vociférait que quelque chose n’allait pas. » Quand elle me fit part de cette
prémonition funeste et impérieuse, j’ai été parcourue de frissons
d’anxiété. J’étais terrifiée pour Laura ; elle devait agir. Je l’ai incitée à
demander l’avis d’un autre médecin.
Je suis d’avis qu’il faut absolument s’opposer à ce qui ne nous semble
pas juste. Il est imprudent, voire irresponsable, de ne pas tenir compte de
tels indices énergétiques. On demanda une angiographie qui révéla de
graves blocages des artères cérébrales. Cet autre spécialiste lui dit : « La
bonne nouvelle, c’est que vous n’avez pas eu d’accident cérébral vasculaire
et que vous n’êtes pas morte ; la mauvaise, c’est que vous souffrez de dys-
22 Accéder à son énergie sacrée
plasie fibromusculaire. Vous aurez besoin de chirurgie pour empêcher que
vos artères ne crèvent. » Des artères qui crèvent ? Il va sans dire, Laura
était terrifiée. Elle était cependant également soulagée d’avoir une possibilité
de guérison devant elle. La machine médicale est ensuite passée à la
vitesse supérieure. Opérée d’urgence au cerveau, Laura a subi la chirurgie,
ce qui a guéri ses symptômes et lui a sauvé la vie. Depuis un an, les angiographies
de Laura sont revenues à la normale. Aujourd’hui, elle se fie à
son intuition comme à un ami. Son médecin et elle s’entendent pour dire
que, si elle ne l’avait pas mise en doute, elle serait morte.
La psychiatrie énergétique plaide en faveur d’un style d’intuition qui
« ne fait pas de quartiers ». Cette petite voix viscérale veut votre bonheur,
votre santé et votre survie. Avec un peu d’exercice, vous saurez rapidement
vous brancher sur elle. Je veux que vous vous mettiez à
l’écoute…vraiment à l’écoute, et vous verrez votre énergie positive s’accroître,
c’est promis. Pourquoi ? Parce que vous agirez désormais à partir
d’un espace intérieur riche en connaissances, viscéral et authentique. Vous
ne serez donc plus régi par la tendance à vous conformer à la norme ou à
désavouer votre pouvoir. Cette dernière attitude peut paraître juste, mais
elle trahit votre instinct. L’intuition est un véritable détecteur de mensonges.
Si vous vous éloignez, même juste un peu, de votre voix intérieure,
votre énergie diminue, qu’il s’agisse d’une fuite infime ou d’un
abattement total. Plus vous serez fidèle à cette vérité intérieure, plus vous
déborderez d’énergie.
D’après mon expérience, l’intuition vous procure une connexion
directe à votre force vitale ainsi qu’à une intelligence divine. C’est le
langage de l’énergie. Pour que s’épanouisse l’énergie, il est indispensable
de le maîtriser. Pourtant, notre société « technodémente » n’admet pas ce
phénomène essentiel. Au mieux, elle caractérise l’intuition comme un
attribut féminin (essayez d’en convaincre les shamans amérindiens
masculins !). Au pire, elle la considère comme un tour de passe-passe ou
comme de pures balivernes. Du coup, il n’est pas surprenant que sévisse
une grande vague de surmenage et de confusion dans la population. Nos
problèmes d’énergie ont certes leur solution, mais nous ne pouvons plus
nous permettre d’ignorer les messages de l’intuition. Son domaine
d’expertise, c’est l’énergie ; elle a pour charge de connaître chaque nuance
de ce qui vous plaît. Passée maître dans l’art de lire les vibrations,
Éveiller l’intuition et rajeunir 23
l’intuition opère une constante filature : ce qui vous apporte de l’énergie
positive, ce qui la dissipe. Votre intuition jauge les gens que vous
rencontrez, les lieux où vous allez, votre famille, les événements actuels –
un ensemble de données cruciales que cette méthode vous enseignera à
interpréter et à appliquer.

ÊTRE EN SYNCHRONCITÉ AVEC VOTRE VIE
Supposez que vous soyez un espion dont la mission serait de déceler
votre degré de synchronicité par rapport à la vie, autant dans l’ensemble
que dans les détails. Contrairement aux méthodes plus cérébrales, l’intuition
privilégie une vision à rayons X des questions liées à l’énergie subtile.
Qu’il s’agisse de révéler la vérité crue sur une relation amoureuse toxique,
de mesurer votre degré d’épuisement ou d’évaluer un emploi sans issue,
l’intuition tente sans cesse de communiquer avec vous, même si vous ne
l’entendez pas. Elle habite un petit coin tranquille où je compte vous
emmener, petit coin voilé par le bla-bla des pensées quotidiennes.
Êtes-vous prêt à sortir vos antennes ? Jour et nuit, nous recevons des
impressions concernant l’énergie, mais peu en ont conscience. Puis un
beau jour, vlan ! Un pressentiment, la chair de poule ou un éclair intuitif
vous révèle ce qui vous nourrit ou ce qui vous mine. Les intuitions
peuvent vous être favorables. Par exemple, en vous penchant sur un
24 Accéder à son énergie sacrée
nouveau projet, vous sentez bouillonner votre dynamisme, votre lucidité
briller ou la tension s’apaiser. Au contraire, elles peuvent également vous
être négatives : vous avez la chair de poule ou vous défaillez à l’idée d’une
transaction frauduleuse. Grâce à la méthode pour épanouir l’énergie
sacrée, vous prendrez l’habitude de pister intuitivement votre réaction
énergétique. (Ma réactivité s’intensifie à l’approche de la pleine lune, en
présence de chiots et au cours de journées passées à écrire sans
interruption dans la solitude, alors qu’elle s’amoindrit à l’idée de cocktails
huppés, de mets trop gras et de personnages volubiles.) Comme je le fais
moi-même et comme je l’enseigne aux patients, vous apprendrez à
identifier l’information qui vous dynamise et qui vous paraît juste. Si vous
observez les fluctuations de votre énergie, vous percevrez un écart brutal
là où il y a des déséquilibres sur le plan interpersonnel, de la santé ou
professionnel. Ainsi, vous serez en mesure d’effectuer des changements.
L’intuition capte aussi les vibrations. Les gens et les situations diffusent
soit de l’énergie positive accueillante qui tonifiera, soit de l’énergie
négative qui vous rebutera. Plusieurs expressions populaires témoignent
d’ailleurs de ces intuitions. Un patient surnomme son frère, un grand
dégingandé d’un mètre quatre-vingt-dix, de « grand verre d’eau » ; un
autre dit : « Mon patron lance des poignards avec ses yeux. » Pressentir les
vibrations permet d’évaluer instinctivement si vous êtes à l’aise ou pas.
Techniques pour percevoir l’énergie positive et négative
Au cours des années 1980, tout juste après avoir intégré l’intuition et
l’énergie à ma pratique psychiatrique, je me suis lancée dans l’expérimentation.
Au cours de ces premières années d’exploration, mon grand complice
fut Michael Crichton, un producteur de films, auteur et médecin de
Harvard. Du haut de son mètre quatre-vingt-dix, Michael possède une
intelligence et un humour vaguement cynique. À mes yeux, il représentait
l’allié idéal dans l’investigation de cet aspect de la santé que les cours de
médecine n’abordent pas : le système d’énergie subtile du corps humain.
Mon univers s’est transformé à jamais ; ce fut mon initiation à la psychiatrie
énergétique. Je souhaite partager avec vous nos découvertes et ce
que j’ai appris depuis. Être en mesure de ressentir et d’orienter notre force
vitale éveille l’énergie sacrée. Dès lors, nous en dégageons, nous en attirons
et nous sommes capables de déceler sa présence chez autrui. Notre
système physiologique subtil est porteur de notre bien-être. L’acupuncture
Éveiller l’intuition et rajeunir 25
active l’énergie par l’insertion d’aiguilles sur les points situés sur les différents
méridiens du corps. Il en va de même pour l’échange de bonnes
vibrations entre les gens. Vous devez d’abord apprendre à reconnaître les
impressions qui s’en dégagent, une expérience sublime que procure l’intuition.
Vous percevrez peut-être des couleurs, de la lumière ou des ondes
agréables ou déplaisantes. Les exercices rendront tangibles les fondements
mêmes de la psychiatrie énergétique : notre corps et notre esprit sont des
microsystèmes d’énergie et l’état de santé relève de l’équilibre entre les
deux, équilibre que notre intuition peut nous aider à atteindre.
Quand il s’agit de tracer la carte de l’inconnu, les amis s’avèrent de
précieux alliés. Michael et moi-même nous sommes aventurés dans le
monde de l’énergie. C’était une véritable odyssée étant donné nos antécédents
scientifiques « rationnels ». Si nous n’étions pas mieux informés que
la vaste majorité de la population, nous étions toutefois intensément
curieux. Voici notre première expérience, c’est un exercice que vous pourrez
tenter plus tard : je m’allongeais sur le dos, au sol, et Michael plaçait la
paume de sa main à environ soixante centimètres de ma tête. Il l’approchait
lentement, jusqu’à ce qu’il sente ce qu’il appelait « un contour de
chaleur distinct » à quelques centimètres au-dessus de moi – l’auréole
représentée par l’art sacré. Nous en possédons tous une, elle n’est pas
l’apanage des anges. Michael faisait appel à la même technique de détection
pour délimiter mon champ subtil de la tête aux pieds. Il se plaçait à
quelques mètres et approchait la main jusqu’à ce qu’il ressente clairement
une chaleur, un picotement, un frisson ou une pression marquant une
frontière énergétique invisible à quelques centimètres de mon corps. Puis
nous alternions et je m’exerçais sur lui. Dans son autobiographie, Travels,
Michael fait référence à ce processus : « J’étais terriblement excité, comme
un enfant avec son nouveau jouet. C’était une découverte inédite à
laquelle je n’avais jamais songé ; je passais mon temps à m’y amuser. Je
percevais ce contour chaud tout aussi clairement que l’on sent l’eau du
bain en y plongeant la main. »
Dans le cadre de la première prescription, j’aimerais que vous aussi
tentiez de déceler l’énergie subtile. Cet exercice est décisif, car l’énergie
que les gens dégagent peut influer sérieusement sur votre état de santé et
sur votre humeur. Une fois que vous saurez la lire, vous saurez mieux discerner
ceux qui vous épanouissent et ceux qui vous nuisent. Exercez-vous
26 Accéder à son énergie sacrée
en compagnie d’un ami, amusez-vous. Voyez quelles impressions se dégagent
de son énergie subtile.
CHANGEZ DÈS MAINTENANT
EXPÉRIMENTEZ VOUS-MÊME L’ÉNERGIE
GRÂCE AU BALAYAGE SUBTIL DU CORPS
Asseyez-vous près de votre ami, allongé sur le sol ou sur un lit.
Ensemble, prenez quelques respirations profondes et apaisantes. Une
fois tous deux détendus, observez les yeux, la chevelure et les vêtements
de votre ami. Puis regardez au-delà. Imaginez une capsule de
lumière entourant son corps, ce que Carlos Castaneda appelle un
« oeuf lumineux ». C’est cette énergie que vous allez percevoir intuitivement.
Placez d’abord votre main à un ou deux mètres de sa tête, puis
approchez-la doucement. Votre paume sera votre détecteur. Servezvous-
en pour sentir les contours subtils d’une chaleur, d’une fraîcheur,
d’une pression ou d’une vibration marquant la frontière
externe de son champ énergétique. Éloignez la main, puis rapprochez-
la de cette lisière pour vous assurer de sa limite. Il s’agit d’abord
de percevoir. Vous verrez peut-être aussi des couleurs. Tracez ainsi la
carte de l’énergie subtile tout autour du corps de votre ami, sans
jamais toucher la peau.
Une fois terminé, ce sera au tour de votre partenaire de faire cet
exercice. Comparez ensuite vos impressions.
Quel plaisir de prendre conscience que nous sommes bien davantage
que notre être physique ! Chacun de nous rayonne d’une énergie tangible.
Concrètement, vous est-il arrivé d’être placé à côté d’une personne lors
d’un déjeuner pour découvrir que vous étiez instantanément attiré vers
celle-ci ? Nonobstant ses propos ou ses gestes, il vous semblait exquis
d’être près d’elle. Avez-vous déjà eu un collègue de travail en apparence
sympathique, mais qui, après une conversation, vous laissait épuisé ? Un
peu comme des médicaments, les uns pour les autres nous sommes parfois
bienfaisants, parfois nocifs. Chaque interaction avec quelqu’un produit
un échange d’énergie.
Éveiller l’intuition et rajeunir 27
Certaines personnes dégagent des vibrations positives, d’autres, des
vibrations négatives. Cette énergie émane de la nature de l’individu ; c’est
un reflet de l’amour dont il imprègne sa vie. Le type d’énergie provient
aussi du travail intérieur accompli par la personne et de ses efforts pour
guérir en elle-même la colère, la haine ou le mépris de soi, des émotions
qui nous contaminent comme des relents toxiques. Sur le plan énergétique,
ces émanations laissent des traces et empêchent la joie de transparaître.
Il est toutefois important de comprendre qu’une fois que vous
entreprenez un travail de guérison, le caractère de la négativité qui
demeure se modifiera. Ne soyez pas trop dur envers vous-même ; nous
sommes tous des oeuvres en cours d’exécution !
SIGNES D’UNE ÉNERGIE POSITIVE
• La personne dégage une invitante énergie de coeur, de compassion
et de complicité.
• Intuitivement, vous vous sentez en sécurité, détendu et vous désirez
vous en approcher.
• Une lueur sereine émane d’elle.
• Auprès d’elle, vous vous sentez mieux. Votre énergie s’accroît et
votre optimisme fleurit.
SIGNES D’UNE ÉNERGIE NÉGATIVE
• En présence de cette personne, vous vous sentez diminué, crispé ou
attaqué.
• Intuitivement, vous ne vous sentez pas en sécurité, vous êtes tendu
ou sur la défensive.
• Vous percevez des vibrations irritantes, repoussantes. Vous avez
hâte de la fuir.
• Votre énergie décroît. Vous avez peut-être l’impression d’être
assiégé ou malade.
Dès que je me suis mise à discerner ces énergies, j’ai été en mesure de
mettre des mots sur ce que j’avais toujours pressenti. En effet, enfant,
quelques secondes après avoir rencontré quelqu’un, je savais s’il me plai-
28 Accéder à son énergie sacrée
Éveiller l’intuition et rajeunir 29
sait ou non. Cette impression n’avait rien à voir avec son allure ou son
apparente gentillesse. Je captais plutôt l’information émise par des appendices
invisibles émanant de la personne. Cela se produisait avant même
d’avoir entamé une conversation. Nous sommes déroutés, car les gens ne
sont pas toujours ce qu’ils paraissent être. Déceler l’énergie dévoile la personne
dans son ensemble. Même si le personnage est soi-disant beau et
intelligent, s’il démolit votre énergie, ce n’est pas quelqu’un pour vous. La
chimie véritable transcende la simple affinité intellectuelle. Par-delà la surface,
il faut être à l’aise intuitivement.
CHANGEZ DÈS MAINTENANT
PERCEVEZ L’ÉNERGIE DANS LE MONDE
GRÂCE AU BALAYAGE CORPOREL
L’on peut s’exercer à capter l’énergie positive ou négative n’importe
où. Amusez-vous. Voyez ce que vous pouvez découvrir. Le
secret consiste à se tenir à moins de soixante centimètres d’une personne,
qu’il s’agisse d’un collègue ou d’un passant au centre commercial.
Branchez-vous sur ce que cette personne ressent. Interrogezvous
: « Suis-je attiré ou révulsé ? Perturbé ou à l’aise ? » Procédez à
une évaluation honnête : « Suis-je tonifié ou épuisé ? »
Instaurez une mesure de base pour chaque personne.
Rapidement, vous saurez qui vous épanouit. Si un être cher vit une
période difficile, montrez-vous tolérant. Repérez tout de même les
personnes qui vous abattent. Subséquemment, pourvu d’une vision
plus réaliste, vous serez mieux en mesure de vous occuper de vous.
Je suis tout à fait pour des mesures permettant de générer de l’énergie
positive. Voici la formule du succès de la première prescription : adonnezvous
à tout ce qui fait briller votre lumière intérieure. Autrement dit,
essayez de traiter chaque être avec amour, et ne vous oubliez pas ! Il faudra
constamment vous efforcer d’être à l’écoute ; il vous faudra rencontrer des
gens qui vous soutiennent moralement et vous fier à vos décisions instinctives.
Du coup, vous ne vous retrouverez pas dans une relation amoureuse
qui semble intéressante et qui, pourtant, vous laisse une sale impression.
De même, vous ne raterez pas l’occasion de rencontrer une personne merveilleuse
seulement parce qu’elle ne correspond pas à un certain stéréotype.
Lorsque vous évaluez les gens, adoptez la voie la plus directe : tentez
de trouver les points communs plutôt que d’attiser la négativité (plus en
détail au chapitre 4). La prévenance dont vous faites preuve envers tout
être vivant transparaîtra dans votre champ énergétique. Nous percevons
l’amour qu’éprouve l’autre. Propagez l’ouverture du coeur autour de vous.
Demeurez loyal à votre intuition. L’énergie sacrée fleurira en vous.
Avatar de l’utilisateur
Bénévole
 
Messages: 4759
Inscription: Mer 28 Jan 2009, 17:44

par briséis » Jeu 22 Sep 2011, 08:44

L’EMPATHIE INTUITIVE :
COMMENT DEMEURER OUVERT SANS ABSORBER
LA NÉGATIVITÉ
Dans le cadre de cette méthode, mes patients emploient l’intuition
pour évaluer leur santé énergétique, ainsi que pour scruter leurs réactions
aux vibrations positives ou négatives. Une quantité de choses se produisent
tout en demeurant subliminales : le sourire d’un collègue, être
témoin d’une collision où trois voitures sont détruites en se rendant au
travail, l’image d’enfants sur une patinoire la veille de Noël à la place
Rockfeller. Ces perceptions traversent notre conscience si rapidement que
nous remarquons à peine l’effet qu’elles produisent. L’intuition est passée
maître dans l’art de diriger notre attention vers ces interactions, importantes
ou anodines, qui modulent notre énergie.
Pour plusieurs patients et pour moi-même, demeurer réceptif à
l’énergie positive est relativement aisé. Cette ouverture que j’apprécie fortement
me permet de vivre en toute gratitude – auprès de mon cercle
d’intimes naturellement, mais aussi avec Rick, mon petit malin de plombier
du Bronx, et avec Khalsa, le facteur au turban blanc qui, beau temps,
mauvais temps, livre les colis à ma porte. La qualité énergétique de chacune
de nos rencontres est importante. Chaque minute de vie prend une
saveur follement extravagante. Apprécier l’énergie sacrée installe en nous
un émerveillement pour ces jours que nous coulons avec tant d’indifférence.
C’est dès lors émerveillés que nous dégustons notre café le matin
ou que nous contemplons les étoiles de la voûte céleste.
En ce qui me concerne, il m’a fallu plus d’efforts pour m’accoutumer
à l’énergie négative. Étant une intuitive empathique dans ma jeunesse,
30 Accéder à son énergie sacrée
j’étais si réceptive aux sentiments des autres, positifs ou négatifs, que je les
assimilais à mon insu. D’habitude, lorsque vous éprouvez de l’empathie,
votre coeur s’ouvre à la personne qui souffre. Mais si vous êtes un intuitif
empathique, vous prenez sur vous leurs malheurs. Si un ami était déprimé
ou s’il souffrait physiquement, sa douleur se logeait instantanément dans
mon corps. Comme je l’ai déjà mentionné, les endroits bondés intensifient
ma faculté empathique. Si les centres commerciaux représentent
pour certains des sanctuaires, pour moi, ce sont des champs de bataille :
petite, j’étais agressée par toutes ces foules, sans toutefois pouvoir m’en
expliquer la raison. Éponge à anxiété, je m’adaptais en me cuirassant.
Pendant mon adolescence, au cours des années 1960, je me suis anesthésiée
pendant quelques années à l’aide de drogues. Finalement, un psychothérapeute
futé me référa à un laboratoire à UCLA qui étudiait l’intuition.
Là, j’ai pu faire la connaissance d’autres intuitifs empathiques. Quel
soulagement de ne plus me sentir si hors de contrôle ou isolée ! Grâce à
leur soutien, j’ai élaboré des stratégies pour gérer ma faculté empathique ;
je l’envisage désormais comme un type d’intuition puissante, comme un
atout.
Pour prendre le contrôle de votre santé énergétique, il faut d’abord
déterminer si vous êtes un intuitif empathique. Le stress de tous les jours
est un fardeau, mais associé à l’angoisse de notre époque, il devient insidieux.
Contre leur gré, les intuitifs empathiques assimilent tous les stress
dans leur corps et ils sont plus susceptibles à prendre sur eux les résidus
énergétiques de traumatismes personnels ou globaux. Vulnérables à toute
négativité, infime ou monstrueuse, plusieurs intuitifs empathiques souffrent
d’une vitalité chroniquement faible, une plainte fréquente qui
déroute les médecins conventionnels. Parmi les symptômes de surcharge
intuitive, on retrouve la dépression, les troubles psychosomatiques et la
boulimie. L’énergie négative se dégage des gens, notamment des vampires
d’énergie (notion abordée dans la deuxième partie du livre), des lieux et
des situations. Les régions densément peuplées sont de véritables zones
dangereuses pour la négativité. Un ami, rédacteur en chef d’un magazine
à Manhattan, peut à peine se faufiler de la gare à son bureau sans avoir
l’impression d’être assailli par les foules. Que ce soit clair : vous n’avez pas
à vivre ainsi ! En dépit de l’omniprésence d’énergie incontestablement
négative autour de nous, on peut apprendre à ne pas l’assimiler. J’offre
Éveiller l’intuition et rajeunir 31
régulièrement des stages à des centaines de personnes qui guérissent courageusement
d’émotions déchirantes, que ce soit du mépris de soi ou de la
rage, et je ne les absorbe que rarement. Je souhaite vous enseigner ces
aptitudes salvatrices dont je dépends quotidiennement.
Pour déterminer si vous êtes un intuitif empathique, complétez le
questionnaire ci-dessous. En premier lieu, identifiez-en les indices. Si vous
répondez oui à l’une de ces questions, il est fort probable que vous soyez
perturbé par l’empathie. Si chaque question reçoit une réponse affirmative,
il est certain que l’empathie compromet votre énergie.
QUESTIONNAIRE : SUIS-JE UN INTUITIF EMPATHIQUE ?
Interrogez-vous :
• « Me reproche-t-on d’être hypersensible ? »
• « Si un ami est bouleversé ou s’il souffre physiquement, est-ce que
je le ressens aussi ? »
• « Les foules me siphonnent-elles ; est-ce que je les évite à tout
prix ? »
• « Les ascenseurs bondés, les avions ou le métro me rendent-ils
anxieux ? »
• « Suis-je hypersensible aux bruits, aux odeurs ou au bavardage
excessif ? »
• « Lorsque je vois des reportages sinistres, mon énergie dégringole-telle
? »
• « La présence de groupes me met-elle à plat, nécessitant une longue
période de temps isolé pour revivre ? »
Le fait de découvrir que vous êtes un intuitif empathique peut être
une véritable révélation. Identifier cette expérience tout à fait réelle légitime
vos perceptions. Cette prise de conscience mettra également en relief
les facteurs qui vous font perdre de l’énergie et ce, afin que vous puissiez
la recouvrer. Ce qu’il y a de merveilleux avec la psychiatrie énergétique,
c’est qu’elle reconnaît ce phénomène et lui offre un traitement. Plusieurs
patients m’ont avoué : « Judith, j’étais persuadé que quelque chose n’allait
pas chez moi ! J’avais l’impression d’être un mollusque. » Eh bien non.
Les médecins conventionnels ne possèdent pas les prémisses théoriques
32 Accéder à son énergie sacrée
leur permettant de poser un diagnostic juste sur l’empathie. Ils ne vous
perçoivent pas comme une personne douée intuitivement et requérant
des stratégies d’adaptation appropriées. Ils préfèrent vous coller l’étiquette
« hystérique », « hypocondriaque » ou « geignard ». Vous avez souffert du
fait que personne ne savait à quoi attribuer votre faible degré de vitalité.
Au fil des prescriptions, vous constaterez comment l’empathie intuitive
s’applique à l’énergétique des relations, de la santé et du travail. Je sais
fort bien qu’il est tentant de se fermer en présence de gens insupportables
ou d’événements intolérables. Cependant, vous risquez que ce mécanisme
de défense devienne habituel. Votre cuirasse devient alors une camisole de
force, restreignant la spontanéité et l’amour. C’est à éviter définitivement.
Voici une alternative : plutôt que de vous blinder, essayez de vous centrer
sur vous, de sorte que la négativité ne vous casse pas les reins. Cette stratégie
vous permettra de jouir de votre propre énergie tout en demeurant
réceptif. Songez à l’entraînement d’un guerrier. En cultivant un noyau
interne robuste, aucun assaillant extérieur ne sera capable d’usurper votre
pouvoir.
Comme point de départ, voici une technique de méditation qui aide
à se centrer. Je l’enseigne à mes patients et je m’en sers moi-même.
Adonnez-vous à celle-ci au moins une fois par jour. Par la suite, lorsque
l’énergie négative menace de vous démolir, vous saurez quoi faire.
CHANGEZ DÈS MAINTENANT
MÉDITATION SUR LE SOUFFLE POUR SE CENTRER
ET DÉVELOPPER L’ÉNERGIE POSITIVE
Vêtu confortablement, installez-vous dans un endroit tranquille,
à l’abri des interruptions – éteignez votre cellulaire, fermez la
porte. Imaginez que vous érigiez autour de vous une pyramide de
silence. Commencez par quelques minutes de méditation, puis augmentez-
en graduellement la durée.
Asseyez-vous dans une position détendue, les yeux clos et
concentrez-vous sur la respiration afin de vous centrer. Ayez seulement
conscience de votre inspiration et de votre expiration. Lorsque
des pensées s’immiscent en vous, observez sans les juger. C’est là un
Éveiller l’intuition et rajeunir 33
aspect actif du processus de méditation. Chaque fois que vous vous
apercevez que votre attention se met à errer, retournez à la respiration
– inspiration et expiration.
La respiration active l’énergie sacrée. C’est un conduit vers votre
centre, vers la terre. Avec chaque respiration, dirigez votre attention
vers le bas, directement dans le sol. Visualisez que votre souffle
s’écoule et traverse les strates, le lit rocheux, les minéraux et le terreau.
Mentalement, plantez une racine allant de votre corps jusqu’au
noyau terrestre.
Visualisez une longue racine robuste, partant de votre colonne
vertébrale, qui vous enracine dans ce noyau et qui vous nourrit. En
respirant, sentez que votre connexion à la terre s’approfondit.
Consentez à ce que son énergie sacrée vous imprègne et vous stabilise.
Cette méditation est un instrument de survie, jour après jour.
Utilisez-la lorsque vous êtes déboussolé par un patron exigeant, par un
ami dans le besoin ou par un nouveau problème au Moyen-Orient. Dans
le feu de l’action, concentrez-vous sur votre souffle et plantez vos racines
en profondeur, en toute sûreté. Le fait d’être fermement enraciné évitera
que la négativité ne vous mette à plat. Le fait de vous centrer sur vousmême
s’avérera aussi stabilisant au coeur de la foule. Pour ma part, ce sont
les voyages en avion qui me mettent le plus durement à l’épreuve.
Coincée comme une sardine en classe économique, assaillie par l’air rance
et le bavardage incessant, je me centre sur moi-même pour préserver mon
énergie. Ancrée par le rythme de mon souffle et mon enracinement, je me
retrouve dans un cocon, à l’abri du chaos. Avec un peu de pratique, se
centrer devient naturel. Demeurer ouvert et à la fois solide intérieurement
est une grande victoire. Par le fait même, vous n’êtes plus sur la défensive ;
l’empathie devient alors un plaisir. Visualisez ceci : vous êtes cerné d’énergie
négative, mais elle ne vous touche pas. Je veux que vous connaissiez
cette délivrance.
La surcharge empathique n’est pas le lot de tout le monde. Si vous
êtes comme ma copine Linda, ce n’est pas un problème. Voyageuse insa-
34 Accéder à son énergie sacrée
tiable, elle a visité plus de soixante-quinze pays en vingt ans. Elle ne
souffre jamais du décalage horaire ; son énergie ne décline pas. Au retour
à Los Angeles d’une excursion en Antarctique (un trajet de soixante-dix
heures), elle se rendit au cinéma ! Émerveillée, je lui ai demandé :
« Comment tu y arrives ? » « Un masque sur les yeux, des boules Quies et
une bonne nuit de sommeil », m’a-t-elle répondu. Voilà qui semble tout à
fait raisonnable… si vous n’êtes pas un intuitif empathique. Ce sont de
simples astuces pratiques qui amenuisent la fatigue. Mais de toute évidence,
l’énergie négative à laquelle je suis si vulnérable – avec ou sans
boules Quies – ne la perturbe pas. Même si Linda est l’une des personnes
les plus intuitives que je connaisse, elle n’est pas prédisposée à absorber
l’énergie. Nous sommes de constitution différente. Définissez votre style
instinctif d’interaction avec le monde de manière à le respecter.
L’ART DE RÉGLER VOTRE RYTHME
Au fil des ans, des centaines de patients sont venus me consulter,
complètement chamboulés. Mères, acteurs, professeurs, soigneurs de
chiens, ils avaient tous leur raison unique justifiant le fait qu’ils soient
déphasés. Mon rôle de psychiatre énergétique consiste à leur apprendre à
régler leur rythme. Chaque patient possède un rythme énergétique de
base qu’il doit apprendre à sentir intuitivement. Tout comme le rythme
cardiaque ou respiratoire module notre tempo physiologique, régler son
rythme ajuste l’horloge de notre énergie subtile. Nous nous retrouvons
souvent captifs d’extrêmes. Avant de s’adonner à la méthode pour l’énergie
sacrée, mes patients se précipitaient partout comme des maniaques et
ne savaient trop que faire lorsque la situation se calmait. Je tente d’aider
chacun d’entre eux à parvenir à un rythme qui lui convient, ou du moins
à s’en approcher, que ce rythme soit rapide, lent ou moyen. Dans ma pratique
médicale, j’ai depuis longtemps renoncé aux notions préconçues sur
le rythme qui convient aux gens. Chacun possède le sien propre.
Très tôt dans ma carrière, j’ai appris cette vérité à la dure. Izzy, en
pleine forme à l’âge de soixante-huit ans, vint me consulter, car il envisageait
de prendre sa retraite. Trente ans durant, lui et son frère, deux fils
d’immigrants juifs, avaient géré un commerce de meubles florissant.
Personnage haut en couleur, Izzy avait la réputation d’avoir grand coeur,
Éveiller l’intuition et rajeunir 35
mais aussi de se plaindre furieusement. Au cours de séances, il pestait :
« Je vous le dis, docteure, ces problèmes au travail vont m’achever. »
Médecin novice attentionné, je le priais, tout naturellement : « Pourquoi
ne pas ralentir un peu ou prendre votre retraite ? » Il faisait une pause
pour y réfléchir en silence. Puis il répondait, avec un clin d’oeil à mon
intention, le regard étrangement pétillant : « Nan, ma petite. Je ne saurais
pas quoi faire de mon temps. Et puis, faire la causette avec mes clients me
manquerait. » Malgré tout, sa femme et son frère, bien intentionnés, s’inquiétaient
qu’il subisse tant de stress à son âge ; ses plaintes les ayant
convaincus, ils poussèrent Izzy à prendre sa retraite. J’ai appuyé sa décision,
mais viscéralement, je sentais qu’il y avait quelque chose qui n’allait
pas. Trois mois plus tard, sa femme me téléphona, en pleurs : « Ce matin,
Izzy a été foudroyé par une attaque cardiaque. Je l’ai retrouvé, affalé dans
le jardin, un manuel de jardinage sur les genoux. » J’étais sidérée et anéantie
par le remords. Je n’avais qu’une seule idée : « Mon dieu, en l’incitant à
prendre sa retraite, nous l’avons tué ! »
A posteriori, je suis d’avis que le travail d’Izzy, avec ses problèmes et
tout, nourrissait sa force vitale. Je regrette de ne pas l’avoir encouragé à
conserver son commerce, du moins à temps partiel. À l’époque, je n’avais
pas encore incorporé la notion d’intuition à ma pratique, et je ne lisais pas
intuitivement l’énergie des patients. Je n’avais pas saisi que cette merveilleuse
étincelle qui pétillait dans son regard lorsqu’il parlait de son travail
avait plus d’importance que ses paroles. J’avais mal compris également
que ses jérémiades représentaient chez Izzy une manie qui n’avait
aucun rapport avec ses besoins énergétiques véritables. Je succombais alors
facilement aux dictats du bon sens, qui exigent une diminution de l’activité
à la « vieillesse ». J’ai néanmoins compris depuis longtemps qu’en
l’absence de l’information juste sur l’énergie subtile, les meilleures intentions
peuvent conduire à l’échec.
Aujourd’hui, dans ma pratique médicale, le rythme du patient est la
première chose que je mesure intuitivement, un aspect important de la
première prescription. Un jour, Josie, une designer, vint me consulter en
vue d’apprendre à « analyser les rêves » ; elle était à l’aise avec son tempo.
Ma lecture de l’énergie de Josie corrobora son sentiment. Notre force
vitale est douée de son rythme propre : voilà ce sur quoi je me branche.
Percevoir un champ énergétique bien réglé, comme celui de Josie, fait
36 Accéder à son énergie sacrée
grand plaisir. On a l’impression d’un rythme cardiaque parfait, inaudible
à l’oreille ordinaire, mais palpable à l’intuition. Ce type de champ énergétique
émet aussi un mouvement qui n’est ni trop mou ni précipité. En
présence d’un tel tempo, mon corps se détend naturellement. À l’opposé,
Tracy, une conceptrice horticole de cinquante ans, vint me consulter pour
améliorer ses relations avec autrui. En dépit de son horaire chargé, Tracy
était laborieusement obsessive, elle accomplissait tout avec une lenteur
incroyable. Pas étonnant que son champ énergétique présente un rythme
faible, comme s’il était englué dans de la mélasse. Cette lecture subtile
signalait que Tracy avait bridé sa vie et ses rapports humains, des problèmes
qu’il faudrait aborder. Pour finir, John, un agent de change de
quarante ans souffrant de dépression, n’avait jamais remis en cause sa frénésie
maniaque. Apparemment serein, son champ énergétique était discordant
et fébrile. Je sus dès lors que pour guérir de sa dépression, John
devrait ralentir.
Parmi les difficultés que présente l’art de régler son rythme, la précipitation
vient en tête de liste, car elle en épuise plusieurs. Le dictionnaire
Webster définit ainsi le terme précipitation : « Mouvement brusque vers
l’avant ; agir en hâte […] sur une brève période de temps et à grande
vitesse. » Sur le plan énergétique, se précipiter équivaut à opérer sur un
voltage supérieur à celui que vous possédez. Un tel comportement devient
toxique parce que l’énergie négative est cumulative. Perpétuellement surmené,
votre organisme réagit : le cortisol, l’hormone liée au stress, augmente
en flèche ; la sérotonine, un neurotransmetteur protégeant de la
dépression et de l’anxiété, diminue. Cette réaction biochimique, associée
à une chute inéluctable de l’énergie subtile, vous entraînera dans une spirale
descendante.
Plusieurs motifs nous incitent à passer à la vitesse supérieure : anesthésier
la souffrance affective ; échapper à l’anxiété, à la dépression ou au
sentiment de ne pas être à la hauteur ; tenter de satisfaire des attentes
irréalisables sur ce que nous pouvons accomplir à l’intérieur d’une période
de temps limitée ; faire taire notre crainte du silence et de la tranquillité.
Quelle qu’en soit la cause, la précipitation diffère nettement d’une action
rapide et efficace, adaptée à rythme synchronisé avec une vie bien chargée,
mais équilibrée.
Éveiller l’intuition et rajeunir 37
Les intuitions ci-dessous signalent que vous vous précipitez :
• Votre énergie semble dispersée.
• Vous n’avez que peu, ou pas du tout, conscience de votre corps.
• Vous éprouvez un sentiment de panique subliminal ou conscient.
• Votre capacité d’écoute est compromise, tout comme votre souvenir
des détails.
Dans mon cas, la précipitation induit un état altéré émoussant ma
lucidité. Mon esprit s’embrouille pour devenir une hallucination pénible,
comme si mon corps énergétique se fragmentait et tentait de foncer audevant
de lui-même tandis que ma forme matérielle tente de le rattraper –
je ressens un vertige diffus, un sentiment nauséeux de dissociation. N’en
doutez pas : la précipitation empêche tout bien-être ; il ne faut jamais la
considérer comme anodine.
Malgré tout, je comprends que se précipiter puisse créer une dépendance.
Étudiante en médecine à l’université de Californie du Sud (USC),
je me tapais des journées de seize heures, débordant d’urgences vitales.
J’étais de garde une nuit sur trois. Lorsque j’ai ouvert mon cabinet privé,
j’ai maintenu ce rythme éprouvant. Le plus dingue, c’était de porter un
téléavertisseur. Attaché à ma ceinture, il sonnait si fréquemment que je
me mettais à rêver qu’il s’autodétruise. Un beau jour, au bureau de mon
comptable, il retentit pendant que j’étais aux toilettes. J’ai tenté de m’en
emparer, mais pas assez rapidement. Il a glissé et j’avais déjà tiré la chasse.
J’entendis l’eau qui giclait. Consternée, je suis restée là à contempler mon
téléavertisseur qui bipait de manière hystérique sous l’eau, avant de disparaître
à jamais dans la toilette. Mon rythme de vie insensé n’avait jamais
été si évident.
Après des années passées à tournoyer comme un derviche, j’ai été forcée
de faire ce constat : j’étirais mes réserves énergétiques. J’étais nerveuse,
je devenais brusque et impatiente, et je poussais les autres et moi-même.
En pleine frénésie, il est difficile d’être gentil. Pis encore, je conduisais ma
voiture à toute allure : à plus d’une reprise, j’ai écopé d’une contravention
pour excès de vitesse entre le club de gym et l’épicerie, alors que je me
précipitais chez moi pour me plonger dans un bain relaxant. Je me dépêchais
pour aller me détendre ! Au bout du compte, j’ai couru suffisamment
pour déclencher une crise énergétique. Puisque je refusais de ralen-
38 Accéder à son énergie sacrée
tir, mon corps est intervenu. Un épuisement intense m’envahit, situation
qui dura près d’un an. Je fus contrainte de réduire mes conférences, ainsi
que d’autres obligations. Je pris enfin conscience de mon besoin impérieux
d’un sentiment de présence capable de me sustenter ; ce sentiment
de présence vient du fait de vivre le moment présent.
Au début de cette méthode, je vous propose de mesurer intuitivement
si vous êtes en synchronicité avec un rythme de vie qui favorise
votre niveau d’énergie. (Celle-ci peut varier selon les différentes phases de
l’existence, selon l’âge ou diverses priorités.) Sur le plan de l’énergie subtile,
un rythme bien réglé donne le ton à tout ce que vous faites. Je sais
que, si je suis synchronisée, j’ai envie de sauter, de danser, de voler.
Impossible de m’arrêter. Cependant, si mon rythme est mal réglé, mon
dynamisme est compromis. Votre corps est un baromètre intuitif fort
astucieux ; c’est en premier lieu par lui que vous pourrez évaluer votre
rythme. Commencez par les indices appartenant au « tableau
d’ensemble », puis nous aborderons les signaux plus subtils. Voici une liste
générale à examiner :
SI VOUS ÊTES EN SYNCHRONICITÉ :
• Vous êtes équilibré sur le plan affectif
• Vous jouissez d’une vitalité physique
• Vous êtes patient
• Vous éprouvez de l’enthousiasme
• Vous êtes passionné
SI VOUS ÊTES DÉPHASÉ :
• Vous éprouvez une fatigue persistante
• Vous êtes léthargique sur le plan émotif
• Vous êtes irritable
• Vous avez des sautes d’humeur
• Vous souffrez de « symptômes psychosomatiques » (comme le
trouble du colon irritable, des maux de tête ou de reflux gastriques)
• Vous souffrez d’une baisse de libido
• Votre appétit sexuel disparaît
Éveiller l’intuition et rajeunir 39
Passons maintenant aux énergies plus subtiles ; vous appliquerez la
première prescription pour déterminer un rythme qui vous corresponde.
Je vous suggère de tenter l’exercice suivant qui exige une introspection
active : posez une question et recevez une réponse intuitive. Cet exercice
vous fera découvrir le centre intuitif, que les écoles de mystères antiques
nommaient « chakra du troisième oeil », une petite ouverture subtile
située entre les sourcils. Les mystiques perçoivent à cet endroit une
lumière mauve radieuse. Dans un état de quiétude, il faudra fixer légèrement
votre attention sur ce centre intuitif, ce qui accroît la circulation
d’énergie dans la région et vous donnera accès à des révélations intuitives
quant à votre rythme ou à toutes autres questions.
CHANGEZ DÈS MAINTENANT
SONDEZ VOTRE RYTHME
PREMIÈRE PARTIE : PRENEZ LE TEMPS DE VOUS METTRE À L’ÉCOUTE
• Prenez cinq minutes ou plus pour retrouver le calme, pour suspendre
formellement le cours de votre pensée ordinaire. Asseyezvous
confortablement, les yeux clos et prenez quelques inspirations
profondes et prolongées, jusqu’à ce que vous soyez détendu.
(Je me livre parfois à cet exercice sous la douche, qui me sert de
cabine téléphonique intuitive ; l’information y coule sans
entrave !)
• Orientez votre attention vers l’intérieur, vers votre centre intuitif.
Pour l’ouvrir, vous pouvez aussi y poser doucement votre doigt.
(Considérez que le geste équivaut à démarrer un moteur.) Le
point s’emplira peut-être de chaleur ou de tourbillons mauves en
pulsation que vous percevrez les yeux fermés. Quelques-uns sentiront
une pression ou un vague mal de tête jusqu’à ce que l’ouverture
soit en mesure de s’ajuster au flot accru d’énergie.
• Après une minute ou deux, interrogez-vous : « Est-ce que mon
rythme me convient ? » Pour le savoir, demeurez attentif aux sensations
physiques ou aux impressions visuelles. Vous saurez si vous
êtes en synchronicité si vous percevez un « oui » intuitif. Dans
mon cas, ce « oui » prend la forme d’une chaleur voluptueuse,
40 Accéder à son énergie sacrée
d’une excitation, d’une énergie dans mon abdomen et d’une vague
de chair de poule. Prenez aussi note de toute image ou tout souvenir
inspirant, même s’ils semblent insolites. À l’inverse, un « non »
intuitif donne une impression de froid. Lorsque je capte cette
négation, mon ventre se contracte. Je me sens lasse, j’ai l’impression
de m’enfoncer ou d’être rigide comme un mur de briques.
Des images ou des souvenirs désagréables peuvent également faire
surface. Ne censurez rien. Laissez-vous aller. Voyez à quoi ressemblent
votre « oui » et votre « non », car cette information vous servira
tout au long de la méthode.
• Par la suite, précisez votre démarche. Interrogez-vous : « Mon
rythme de travail est-il agréable ou désagréable ? Mon tempo à la
maison ? En vacances ? En présence d’amis ? » L’un de ces aspects
peut être plus équilibré qu’un autre.
SECONDE PARTIE : TRAVAILLER AVEC DES SOLUTIONS
• Pour se réaligner sur un rythme harmonieux : Effectuez des changements
graduels. Interrogez-vous : « Quels types de changements
me paraîtraient agréables ? » Concentrez-vous sur de petites
mesures réalisables, pas sur une restructuration séance tenante.
Prenons votre travail. Faites l’essai de dix minutes à un rythme
épanouissant. Si vous êtes perpétuellement en mode multitâches,
employez ce temps pour vous astreindre à une chose à la fois :
répondre à un courriel, passer un coup de fil ou lire un compterendu.
Cependant, ne vous autorisez pas à vous disperser et à
perdre votre point central. Savourez la sensation délicieuse que
vous procure ce ralentissement. Qu’elle vous serve de base pour
d’autres améliorations. Voyez si vous en tirez un mieux-être.
L’énergie ne ment jamais. Si vous travaillez à un rythme qui vous
convient, vous serez plus productif, je vous le garantis.
• Si vous êtes un pressé : Consacrez au moins quelques minutes par
jour à une méditation centrée sur l’énergie. Il vaut mieux diminuer
petit à petit la tendance à courir. Ne vous contraignez pas.
Soyez totalement présent à vous-même. Ouvrez vos sens.
Attardez-vous aux tulipes, émerveillez-vous devant des fontaines
en cascade, goûtez l’arôme du pain sortant du four. Sentez la
Éveiller l’intuition et rajeunir 41
caresse du vent sur vos joues. Écoutez les gens attentivement.
Réagissez avec toute votre attention. Si cet exercice vous est
agréable, pratiquez-le quotidiennement pendant cinq minutes. Par
la suite, augmentez-en la durée. Au début, demeurer présent à
l’instant peut s’avérer difficile. Persistez. Si vous êtes un peu plus
aventureux, demeurez dans un espace hors du temps pendant un
bon moment ; retirez votre montre et dirigez vos pas vers une destination
indéterminée. Ce qui me plaît le plus dans cette décélération,
c’est que mon sens de l’humour renaît. J’ai l’espace pour
rigoler et pour m’attarder au côté drôle des gens et du monde.
• Si vous avez des échéances : En vue de survivre à ces compressions
temporelles potentiellement coercitives, planifiez des mini-pauses
pour vous livrer à cette technique énergétique express qui m’a sauvée
: pendant une minute, prenez quelques respirations profondes
tout en touchant votre centre intuitif entre les sourcils – cela suffira
à accroître votre concentration et à vous recentrer.
• Si votre rythme est trop lent : pensez à une activité qui vous rend
heureux. Il peut s’agir de n’importe quoi : patinage, jardinage,
bénévolat dans une soupe populaire. Une fois ce souvenir ravivé,
prévoyez de vous y adonner. Si l’activité vous apporte du bonheur,
ajoutez-la à votre routine. Cette stratégie vise à relancer l’énergie
positive si votre performance s’émousse ou si vous êtes en perte de
vitesse dans un autre domaine. Puis branchez-vous à une autre
source de joie. Incorporez-la également à votre vie. Une activité en
stimule d’autres. Voilà qui conduira à une cadence plus vive.
Au cours de cet exercice, vous obtiendrez des révélations intuitives
curieusement précises. Si tel est le cas, obéissez-y. Par exemple, Jack, un
médecin dans la quarantaine qui dirige à fond de train le département
d’oncologie d’un hôpital, a eu la vision intérieure ahurissante d’un être de
lumière vêtu de blanc qui l’avertit en souriant : « Si vous ne ralentissez
pas, le moment est venu pour vous d’avoir une attaque cardiaque. » Pas
moyen de marchander ici ! Jack prit le message au sérieux et modifia son
rythme. Sue, une jeune acheteuse de mode, adorait son travail mouve-
42 Accéder à son énergie sacrée
menté. Cependant, elle avait souvent les nerfs en boule même si elle dormait
et se reposait suffisamment. Lorsqu’elle se mettait dans un état
réceptif, Sue avait l’estomac à l’envers. Puis, soudainement, elle revit ses
soirées : « Je suis au lit avec mon mari, et nous regardons une émission
tardive. Ce dernier part faire autre chose. Me voilà donc coincée avec Jay
Leno ! » Cet exercice mit en relief le fait que Sue ou son gentil mari
avaient omis de me révéler : elle avait horreur d’avoir « cette télé
malsaine » dans la chambre à coucher. Le couple discuta du problème et
l’appareil se retrouva dans la salle de séjour. Aujourd’hui, Sue fait tranquillement
la lecture au lit, ce qui a soulagé ses nerfs à fleur de peau.
Pour réussir, il faut vous couler dans ce nouveau rythme qui vous
convient. Comme l’ont découvert quelques-uns de mes patients un peu
trop zélés, prendre les bouchées doubles est susceptible de saboter cette
méthode. Au bout du compte, ils avaient l’impression d’avoir échoué et se
décourageaient jusqu’à ce qu’ils retrouvent le courage de recommencer. Je
vous en prie, pas de gestes grandioses ! Contentez-vous d’avancer doucement
dans la bonne direction. Ce mouvement envoie un message positif
à votre force vitale. Ne vous en faites pas si vous glissez subrepticement
dans vos vieilles habitudes. Nous le faisons tous. Pour chaque minute de
succès, vous régénérez votre vitalité et votre capacité d’émerveillement.
VIVRE AU MOMENT PRÉSENT : COMMENT S’Y PRENDRE
Vous synchroniser à votre tempo vital exige d’y être présent, bien que
bon nombre d’entre nous ne le soient pas. Nos journées défilent rapidement
sans que jamais nous ne savourions le passage du temps. En affinant
votre faculté de concentration, vous permettrez à votre intuition de
conserver naturellement votre énergie et de rétablir votre attention au
moment présent : un état viscéral, conscient de l’instant dont se délecte
votre force vitale. Si votre énergie n’est pas dissipée parce que vous ruminez
le passé ou projetez vers l’avenir – quel que soit le nombre de bombardements-
suicides ou de demandes personnelles que vous ayez à subir,
vous aborderez chaque situation avec une appréciation centrée. À mon
sens, c’est là la définition de la santé mentale. Développer son énergie est
important, tout autant que de ne pas l’éparpiller.
L’un des principes fondamentaux de la psychiatrie énergétique
consiste à vivre au moment présent. Cet état de conscience est une cible
Éveiller l’intuition et rajeunir 43
énergétique que l’intuition atteint en augmentant votre connexion au
corps et à l’environnement. Vivre le moment présent, c’est se mouvoir,
c’est se délecter d’un éternel instant, c’est vivre à fond physiquement et
psychologiquement. Ailleurs que dans le moment présent, vous êtes
comme le carton, figé, prisonnier dans votre tête ; vous ne captez même
pas la fragrance enivrante d’un jardin de rose un soir d’été : voilà un état
déplorable que je vous incite à torpiller.
Aujourd’hui, je voue une véritable vénération au moment présent. Je
me bats pour obtenir des instants, quelques heures, où je puisse être pleinement
présente, au travail ou en faisant mes courses à la quincaillerie.
Cette sensation que toute mon énergie positive se trouve en mon centre,
là où elle doit l’être, est carrément euphorique. Par ailleurs, parce que je
suis intuitive, je dois m’astreindre à vivre le moment présent. Je sonde
constamment l’influx d’énergies et d’impressions qui me parviennent,
dont le degré de « présence » de mes patients. Plusieurs personnes qui
trouvent que le moment présent persiste à les fuir sont comme suspendues
au-dessus de leur corps et n’ont pas conscience d’être dissociées.
Quand je m’en aperçois, je les aide à s’ancrer de nouveau à l’aide de
méthodes que j’expliquerai. Si mon attention part à la dérive, mon intuition
court-circuite ; la longueur d’onde sur laquelle je me trouve alors
s’obscurcit instantanément.
Voici le dilemme : plusieurs d’entre nous évoluent dans un monde
éprouvant où nous perdons le fil du moment présent. Diverses forces
semblent conspirer afin de fragmenter notre attention. Il faut s’y attendre.
Sachez cependant comment retrouver votre présence à l’instant. Pour
commencer, je vous propose quatre astuces simples qui vous dynamiseront
et vous permettront d’être présent en toutes circonstances.
CHANGEZ DÈS MAINTENANT
ACCORDEZ-VOUS AU MOMENT PRÉSENT
OBSERVEZ LES MAÎTRES DU MOMENT PRÉSENT
Pour vraiment comprendre le pouvoir du moment présent,
observez ceux qui y vivent perpétuellement. Ainsi, vous vous accorderez
intuitivement à des vibrations avec lesquelles vous pouvez
44 Accéder à son énergie sacrée
résonner. Les bébés et les jeunes enfants sont naturellement présents
à l’instant. C’est une expérience rare et précieuse que de côtoyer ces
petits êtres pour qui le passé ou l’avenir n’existent pas. Les bébés,
notamment, sont doués d’une énergie totalement concentrée lorsqu’ils
vous fixent. Plonger votre regard dans le leur alignera votre
énergie. Si vous n’avez pas de bébé avec qui communier, observez
des enfants jouant dans un parc. Qu’ils soient vos maîtres du
moment présent et de l’émerveillement.
Similairement, examinez les artistes pour qui l’instant présent
représente tout. Regardez Maya Angelou lorsqu’elle chante et récite
sa poésie. Ou Yo Yo Ma quand il joue de son violoncelle céleste.
Assistez à un concert d’un musicien qui vous inspire. Imprégnezvous
dans ces vibrations intemporelles. Mémorisez cette impression.
Souvenez-vous également que, lors de situations d’urgence, vous
retrouvez naturellement le moment présent. Si votre petit garçon de
sept ans tombe d’un arbre, votre mental n’erre pas ; toute votre énergie
et toute votre attention se reporte précisément sur lui. Pour affiner
ce type de présence à l’instant présent, observez-vous vousmême,
ainsi que d’autres, dans de telles circonstances.
SUIVEZ VOTRE SOUFFLE
Rien de tel que de suivre votre respiration pour retrouver le
moment présent au milieu d’une journée bien remplie. Dans plusieurs
cultures, les termes esprit et souffle sont synonymes : en latin,
spiritus ; en hébreu, rauch ; en grec, pneuma ; en sanskrit, prana.
Néanmoins, bon nombre d’Occidentaux ignorent complètement le
caractère sacré de la respiration jusqu’à ce que la maladie vienne les
en priver. Plusieurs d’entre nous passons nos journées à retenir notre
souffle, à notre insu, ce qui comprime l’énergie. Le miracle de la respiration
s’accomplit par l’inhalation d’oxygène et l’expiration de
dioxyde de carbone toxique, mais également par l’assimilation de
l’énergie de votre force vitale. Pour que vous ne ratiez pas une
seconde de ce phénomène miraculeux, je vous propose de pratiquer
la respiration consciente. Elle vous ancrera dans votre corps et calmera
votre esprit.
Éveiller l’intuition et rajeunir 45
Prenez quelques instants pour vous détendre, les yeux clos, centré
sur chaque inspiration et chaque expiration. Attardez-vous à la
finesse du souffle qui pénètre vos narines, vos poumons ainsi qu’à
votre poitrine qui se gonfle et se dégonfle. Suivez simplement le
mouvement de l’air ; ne tentez pas de l’influencer. Sentez la force
vitale qui entre en vous. Si des pensées s’immiscent – c’est immanquable
– visualisez que chacune d’elles a la forme d’un nuage cotonneux
passant son chemin dans l’azur. Essayez de ne pas trop vous
attacher à vos pensées ; cette aptitude croîtra avec l’expérience.
Contentez-vous de les laisser s’estomper d’elles-mêmes. Revenez toujours
à votre respiration, à votre corps et au moment présent.
PRENEZ VOTRE POULS
L’antidote immédiat à notre tendance à être ailleurs que dans le
moment présent, c’est de prendre le pouls. Comme je suis médecin,
je suis formée à vérifier en tout premier lieu le pouls des patients,
afin de trouver le rythme cardiaque ou de déterminer si la personne
vit encore. Ailleurs que dans le moment présent, vous perdez rapidement
votre force vitale. Pour la recouvrer, localisez les battements de
votre pouls et concentrez-vous sur ceux-ci : une paume tournée vers
le haut, posez doucement deux doigts de l’autre main sur le poignet,
juste au-dessous du pouce. Le tour est joué – il y a contact ! Vous
vous retrouvez dans votre corps, sur-le-champ.
Habituez-vous au tempo de votre pouls. Ensuite, avec chaque
battement, visualisez intuitivement que votre force vitale, sous forme
d’énergie dorée, circule en vous ; c’est une sensation sublime. Ne
vous en faites pas si, de prime abord, vous êtes plutôt réticent à palper
votre pouls, comme quelques-uns de mes patients. Cela vous
passera lorsque vous comprendrez qu’il est tout naturel de localiser le
moment présent en tout temps, partout, grâce à cette méthode merveilleusement
discrète.
ADOPTEZ UN MANTRA
Un mantra est un mot ou une phrase sacrée qui vous signale de
revenir au moment présent. Voici une libre traduction du terme
46 Accéder à son énergie sacrée
mantra : ce qui vous protège de l’énergie négative. Le bouddhisme tibétain
exige que le mantra soit transmis du maître au disciple. On le
récite intérieurement ou à voix haute ; c’est une manière de se
concentrer pendant la méditation ou au milieu du chaos. Du coup,
dans le chaos de votre univers, grâce à un mantra spécial, vous
reprendrez possession de vous-même.
Voyez ce qui séduit votre intuition. Ce pourrait être om ou shalom,
pour inspirer la paix, le koan zen accrocheur « si pas maintenant,
quand ? » ou la chanson des Beatles, « Let It Be ». Voici le
mantra qui me procure une joie délirante si je le répète à toute
vitesse, télescopant les mots ensemble : « Je suis celle qui est, celle
qui est, celle qui est… » Un comédien répète une blague qui le fait
rire à tout coup. Le rire ne survient qu’au moment présent et il vous
ancre en un clin d’oeil. Quel que soit votre mantra, c’est une incantation
qui vous ancrera.
Appliquée au moment présent, la méthode pour épanouir l’énergie
sacrée produit des effets optimaux. Grâce à ces astuces, cette zone précieuse
se fera moins fugace. Je vous suggère également les ouvrages de
Ram Dass, le classique Be Here Now et celui d’Eckhart Tolle, Le pouvoir
du moment présent [Ed. Ariane]. Il va sans dire que votre retour au
moment présent éveillera l’énergie que vous recherchez. J’espère que vous
apprécierez cet instant présent autant que moi. En poursuivant les exercices
de cette méthode, n’oubliez pas que le moment présent est le lieu de
premier choix.
DEUX ENNEMIS COURANTS DU MOMENT PRÉSENT
L’Amérique du XXIe siècle est frappée de deux maux qui voilent le
moment présent : la dépendance au travail et le technodésespoir – un
surmenage dû à l’asservissement au courriel, aux téléavertisseurs, au télécopieur
et au téléphone. (L’inquiétude, la peur et autres émotions qui
émoussent la présence à l’instant seront abordées au chapitre 4.) Ces
deux siphons d’énergie sont d’autant plus insidieux et préoccupants
Éveiller l’intuition et rajeunir 47
qu’ils prennent rapidement le caractère d’habitude. Si vous êtes claqué,
ces deux ennemis du moment présent sont peut-être en cause.
L’ennemi numéro 1 du moment présent : L’assuétude au travail
La dépendance au travail, c’est l’éthique puritaine qui a perdu la
boule, c’est une pulsion irrépressible pour en faire plus, pour continuer
jusqu’à l’effondrement. Si vous ne travaillez pas au moins huit heures par
jour, il est fort probable que vous vous sentiez coupable. Mal typiquement
américain, la dépendance au travail perpétue la négativité en épuisant
l’énergie subtile ; elle noie le moment présent dans un afflux d’adrénaline
avec, comme résultat, un surmenage endémique. Nous, les accros
au travail, sommes partout – nous occupons des postes exigeants, nous
courons entre la famille et la carrière, sacrifiant chaque parcelle de notre
énergie à nos enfants. Telle une créature en mutation, notre liste de choses
à faire ne fait que s’allonger.
Curieusement, on ne nous a pas enseigné à préserver l’énergie positive
et à considérer le ralentissement comme une vertu. La société nous
oblige à aller plus vite, à accomplir davantage. En vérité, nous matraquons
nos réserves d’énergie subtile et, ce faisant, nous appelons à nous la
maladie. Nous dépassons les bornes, nous devenons tels des robots pris
par la frénésie de réaliser. En raison de la ténacité de la dépendance au travail,
je suis sans appel : si vous continuez à tirer sur la corde, en dépit de
votre fatigue et de votre intuition qui vous somme de vous reposer, vous
vous punissez par inadvertance. Comme nous le verrons, cultiver l’énergie
positive consiste à respecter les signaux de votre corps.
L’un des symptômes insidieux de la dépendance au travail consiste à
opérer en mode multitâche. Cette expression propre au XXIe siècle fait
référence au fait de jongler avec plusieurs tâches à la fois, soit l’une après
l’autre, soit simultanément. Subitement, tout le monde passe en mode
multitâche, et est fier de l’être. Pour ma patiente Meg, une jeune mère, il
était normal de surveiller les enfants tout en faisant le dîner et en s’occupant
de sa mère âgée jusqu’à ce que son mari rentre. (Lorsqu’elle le décrit,
son champ énergétique présente une apparence incroyable ! Je perçois une
image rémanente, une rafale de plusieurs bras sortant de son corps, semblable
à Kali, la déesse hindoue à quatre bras, vêtue de crânes, porteuse de
48 Accéder à son énergie sacrée
vie et de destruction.) En dépit de sa fatigue croissante, Meg en était
encore au stade où être une « surfemme » lui semblait séduisant.
Incontestablement, multiplier les tâches nous permet de gérer un torrent
d’affaires bien réelles, mais il menace notre présence à l’instant présent,
car il envahit notre vie. Nous oublions la satisfaction que procure le
fait d’accomplir une chose à la fois ; le mode multitâche devient désormais
la norme. (Qu’on me mette en attente me rend particulièrement
furieuse ; ce clic décapite la conversation sur le plan énergétique.) Si nous
multiplions les tâches à l’excès, nous finissons par flotter hors de notre
corps plutôt que de l’habiter, et ces limbes mentaux entraînent un épuisement
chronique.
La plupart d’entre nous ont impérativement besoin de temps
pour les loisirs. Offrons-nous le luxe d’être pleinement attentifs à nousmêmes
et aux autres. Pour retrouver cette présence, il faut cesser de s’imposer
une telle pression. Cette prescription offre une approche diversifiée
à la dépendance au travail ; elle fait appel à des stratégies psychologiques
et intuitives. Pour en maximiser les bienfaits, combinez les deux.
CHANGEZ DÈS MAINTENANT :
CESSEZ DE VOUS POUSSER ET BRISEZ LE CYCLE
INFERNAL DE LA DÉPENDANCE AU TRAVAIL
IDENTIFIEZ INTUITIVEMENT LES CAUSES DE LA DÉPENDANCE AU TRAVAIL
Voici quelques-unes des causes fréquentes entraînant l’assuétude
au travail. Mettez-vous à l’écoute de chacune et voyez si elle paraît
plausible. Comme auparavant, tentez d’obtenir un « oui » ou un
« non » intuitif.
Causes :
• Un besoin de contrôle
• La solitude
• Associer votre sentiment de valeur personnelle à vos réalisations
• L’ambition
• Le masochisme
• Les impératifs financiers
Éveiller l’intuition et rajeunir 49
• L’avidité
• Un esclavagiste intérieur
• Le conditionnement familial
• Une fuite des émotions : solitude, anxiété, dépression
• Un mariage qui ne vous comble pas
• Aucun exemple qui vous aurait enseigné la compassion pour soi
S’il manque des causes, n’hésitez pas à compléter la liste. Puis,
examinez-les tour à tour. Vous pouvez tenir un journal sur la question
: notez le moment où le problème a débuté, pourquoi il sape
votre énergie et quoi faire pour y remédier. (Une consultation avec
un thérapeute qualifié accélérera le processus.) Voici une stratégie
expéditive : redéfinissez votre travail. Vous administrez une station
d’essence ou une entreprise ? Alors, faites-en un service à l’humanité
et une forme de dévouement plutôt qu’une activité compulsive.
Qu’est-ce que votre travail apporte au monde ? Si vous avez pour
objectif d’être utile à autrui ou à l’humanité, vous retirerez plus
d’énergie positive de votre travail. Pour lutter contre la dépendance
au travail, voici quelques autres solutions :
METTEZ EN OEUVRE LA COMPASSION ENVERS SOI
La compassion, une énergie subtile issue du coeur, vous aidera à
cesser de vous mettre trop de pression. Je suis psychiatre et je suis
bien consciente qu’il est beaucoup plus facile d’être compatissant
envers autrui qu’envers soi-même. Voici comment vous y prendre :
• Premièrement : Même si votre horaire chargé ne vous permet pas
de souffler, vous devez consacrer du temps à la détente. Imposezvous
au moins une action compassionnée à votre égard par
semaine. Par exemple, faites une petite sieste l’après-midi.
Embauchez une gardienne pour vous libérer une soirée. Refusez
d’écouter la litanie des problèmes d’un ami et allez plutôt au
cinéma. Accordez-vous quelques minis intermèdes, cinq minutes
ici et là : un peu de Mozart, des bonbons, ce qui vous plaira.
Prévoir des pauses régulières alimente l’énergie positive.
50 Accéder à son énergie sacrée
• Deuxièmement : La compassion envers soi, c’est comprendre qu’il
n’est pas indispensable de tout faire en une journée, qu’on doit
donner priorité à l’essentiel, puis en rester là. Avec cette attitude,
notre liste de choses à faire paraît de toute évidence autoinfligée.
Soyons clairs : si cette liste monstrueuse justifie que vous vous culpabilisiez
et que vous infligiez une souffrance, c’est un signe de
compulsion. La compassion pour soi dénouera l’emprise de cette
pulsion malsaine.
• Troisièmement : La compassion envers soi, c’est être capable de
continuer à dire « non » à cet esclavagiste intérieur fou qui s’en
prendra à vos faiblesses pour vous rendre accro. Si vous prenez
conscience que les exhortations de cet esclavagiste sont pathologiques,
alors il est plus facile de résister.
SAVOUREZ LE PLAISIR DE NE FAIRE QU’UNE CHOSE À LA FOIS
Pour vous reposer du mode multitâche ou par pur plaisir,
absorbez-vous entièrement dans une seule activité par jour. Jouez au
golf ou classez des documents, en étant pleinement présent dans
votre corps et en vous concentrant légèrement sur votre centre intuitif.
Éveiller ainsi l’intuition vous procure une euphorie naturelle, une
ivresse inespérée, induite par le fait de se livrer en toute lucidité à
une activité à la fois. Notre esprit se délecte de ces retrouvailles dans
notre champ énergétique. Nous concentrer suffisamment pour ressentir
le caractère sacré de chaque jour procure sans contredit un
sentiment d’extase. Ce sentiment est naturel lors d’une activité bien
centrée ; goûtez le plaisir de vivre au moment présent.
LA PERSPECTIVE INTUITIVE DEPUIS VOTRE LIT DE MORT
La pression exercée par la dépendance au travail peut s’installer
à un point tel qu’elle ne trouvera pas d’exutoire en temps actuel.
Pour déjouer cette impasse, l’intuition nous offre une carte
maîtresse : l’aptitude de se projeter dans l’avenir et de s’observer à
partir du moment de la mort. Parfois, il faut voir par les yeux de
notre temporalité pour arriver à définir nos priorités. À cette fin, je
suggère la technique suivante si le besoin se fait sentir.
Éveiller l’intuition et rajeunir 51
VISUALISATION POUR MODIFIER SON OPTIQUE
Imaginez que, sur votre lit de mort, vous jetiez un dernier regard
sur votre vie. Immergez-vous dans cette vision. Détaillez votre visage, vos
vêtements, votre environnement. Soyez témoin de votre vie ; notez les
points culminants. Était-ce l’amour ? La famille ? Les amis ? Cet aprèsmidi
d’été à semer des pétunias avec votre fils ? En quoi votre emploi du
temps se compare-t-il à ces moments précieux ? Vous en souvenez-vous
seulement ? Vous rappelez-vous toutes ces nuits passées à travailler ? Ou
du branle-bas de combat jour après jour ? Quel sens tout cela avait-il ?
Qu’est-ce qui a vraiment eu du sens ? Ramenez au moment présent ces
découvertes intuitives sur votre manière de dépenser votre énergie et vous
retrouverez un point de vue plus éclairé.
Inutile de vous retirer sur une île déserte pour guérir de la dépendance
au travail. Adopter même une mesure insignifiante vous fera passer
de la victime au vainqueur et recouvrer une énergie positive. Le changement
que je suggère doit s’effectuer autant intérieurement qu’extérieurement.
Vous vous donnez du pouvoir en allégeant intérieurement la pression
: voilà un geste radical d’amour pour soi. Dans mon cas, faire preuve
de compassion envers moi-même – tracer des limites et faire place au plaisir
– est une méditation sans cesse renouvelée. J’en ai récolté quelques
délicieux bienfaits : un corps heureux, la clarté et une énergie positive
débordante. Je vous incite donc à faire preuve de clémence à votre égard.
L’ennemi numéro 2 du moment présent : le technodésespoir
Mon patient Stuart, un analyste financier passionné du détail, passait
ses journées sur son ordinateur, quelque part au seuil du moment présent.
À portée, il y avait un télécopieur, deux téléphones, un numériseur
optique et un photocopieur ; il possédait également un agenda électronique
et un téléavertisseur. Il était entouré d’appareils produisant un flot
continu de bips, de vrombissements, de ronronnements et de sonneries. Il
avait développé une forte dépendance à ceux-ci pour son travail. S’il advenait
que l’un ou l’autre de ses appareils défaille, il était en proie à une crise
52 Accéder à son énergie sacrée
de panique. Stuart vint d’abord me consulter parce qu’il éprouvait de
l’anxiété en public. En plus, louper une échéance était susceptible de le
faire basculer dans la folie. Au bord de la démence, il m’avouait : « Je suis
complètement impuissant. C’est hors de mon contrôle. Je n’arrête pas de
trembler. Je rabroue mes collègues et je rembarre ma femme. »
L’anxiété de Stuart découlait de plusieurs facteurs. L’un d’entre eux,
c’est un mal qui insensibilise au moment présent : le technodésespoir.
Comment savoir si vous en souffrez ? En voici quelques symptômes : nervosité
marquée, dépression ou fatigue induite par des périodes consacrées
aux complexités de la technologie. (Tenter de programmer mon magnétoscope
pour enregistrer des émissions me contrarie inévitablement !) Afin
de remédier au technodésespoir, il faut restreindre le contact avec les
appareils électroniques ou apprendre à les aborder plus productivement.
La technologie nous facilite certes l’existence. En revanche, les dérayages
peuvent miner votre santé mentale.
Je m’explique. En premier lieu, au contact de facteurs externes,
s’éveillent des émotions qui annihilent votre sérénité et qui ruinent votre
champ énergétique. Par exemple, un disque dur sur votre ordinateur
contenant ce que vous estimez représenter votre vie tout entière disparaît.
Il est tout naturel d’être ébranlé, voire anéanti. Et ces ratés « mineurs » –
une imprimante qui se bloque ou une souris défectueuse – sont corrosifs
pour l’énergie positive. En deuxième lieu, les appareils électriques émettent
des champs électromagnétiques qui désaccordent ou qui détruisent
l’énergie. Voyez si c’est votre cas. Même si la technologie fait des prodiges,
elle peut aussi déshumaniser et générer la négativité.
Pour se prémunir contre le technodésespoir, soyez à l’affût de ces instigateurs
de fuites énergétiques et cherchez des solutions.
CHANGEZ DÈS MAINTENANT
PRÉVENEZ LES FUITES ÉNERGÉTIQUES
QU’INDUIT LA TECHNOLOGIE
ÉVITEZ LA SURCHARGE D’INFORMATION
Au milieu des mitraillades de notre monde, nous sommes trop
rapidement bombardés par de nombreuses sources. Internet.
Éveiller l’intuition et rajeunir 53
Messagerie vocale. Cellulaires. Assimiler toute cette information
requiert de l’énergie. Nous sommes sans cesse en train de traiter ces
apports, positifs ou négatifs. Tout s’accumule. L’on peut facilement
atteindre ses limites. L’assaut énergétique chronique en provenance
de ce torrent d’informations esquinte sur le plan émotionnel.
La solution : Il faut se recentrer dans le moment présent,
prendre l’habitude de faire des mini-jeûnes technologiques, s’accorder
des répits énergétiques de l’exposition aux appareils électroniques
ou à l’informatique. Passez par exemple quelques heures loin du télécopieur
; faites plutôt une promenade. Consultez vos courriels
moins fréquemment. Regardez un film marrant plutôt que de lire les
derniers bulletins d’information sur Internet. Lorsque vous vous
branchez de nouveau au moment présent, votre intuition se relâche
et vous retrouvez une légèreté et une présence. Pour nettoyer votre
champ énergétique, vous devez délibérément réduire la quantité
d’information entrante.
PAS DE TEMPÊTE DANS UN VERRE D’EAU !
L’assujettissement excessif aux machines prépare le terrain au
désespoir. Un fichier vital disparaît mystérieusement de votre disque
dur avant que vous n’ayez pu en faire une copie. En tant qu’auteure,
je connais bien l’angoisse à l’idée de perdre à jamais mes écrits dans
un trou noir du cyberespace. Même des heures de fouilles ne suffisent
pas à mon technicien de génie pour retrouver mes fichiers.
Entre-temps, ma journée entière s’évapore, tout comme ma lancée
créatrice. En rédigeant le chèque pour défrayer ses recherches restées
stériles, je me prends à rêver de machines à écrire, de plumes et de
papier.
Les cafouillages technologiques éveillent l’énergie négative, car
ils anéantissent notre patience et notre tranquillité d’esprit. Pour éviter
d’y succomber, soyez prêts.
La solution : Avant tout, exercez la compassion pour vous et
centrez-vous sur le moment présent : respirez à fond, répétez un
mantra, prenez votre pouls. Voilà qui évince les vibrations déboussolées
et éveille le positif. Modifiez également votre attitude. Ne tournez
pas tout en catastrophe. N’oubliez pas : même si un cafouillage
54 Accéder à son énergie sacrée
technique survient, vous serez au moins en mesure de remettre les
choses en place.
Parfois, le souvenir furtif de traumatismes antérieurs vient
aggraver notre sentiment de perte de contrôle ou d’impuissance –
congédiement inique, trahison amoureuse, voire maltraitance à l’enfance.
Malgré tout, gardez l’oeil sur le moment présent.
Subséquemment, il vous faudra impérativement vous pencher sur le
passé et le guérir. Pour l’instant, il s’agit de contrecarrer l’ennui en
puisant à votre énergie émotionnelle positive.
CONTRECARREZ LE DRAINAGE DE L’ÉNERGIE PAR LES APPAREILS ÉLECTRONIQUES
Comme pour les tubes fluorescents qui, il est démontré, provoquent
de l’agitation chez les enfants hyperactifs, l’énergie négative
des machines est susceptible de nous perturber intuitivement. Par
exemple, les ordinateurs émettent un certain degré de radiation électromagnétique.
Lorsque vous êtes assis à quelques centimètres de
l’écran, son champ énergétique empiétera sur le vôtre, ce qui peut
mettre en péril votre bien-être affectif ou physique. (Certains scientifiques
émettent aujourd’hui l’hypothèse d’un lien entre l’usage prolongé
du téléphone cellulaire que l’on garde près de l’oreille et les
tumeurs au cerveau.) Les fluctuations de votre humeur ou de votre
niveau d’énergie pourraient provenir de l’emploi de l’équipement
technologique.
La solution : Notez votre réaction intuitive en présence d’appareils
électroniques. Vous fatiguent-ils ? Avez-vous l’impression de
planer ? D’être distant ? Nous réagissons tous différemment. Si vous
êtes sensible à l’équipement technologique, réduisez votre temps
d’exposition ou faites des pauses régulièrement. Il est aussi avisé d’acquérir
un écran d’ordinateur qui émet moins de radiations électromagnétiques.
Pour atténuer le drainage de votre énergie, évacuez les
vibrations toxiques de votre système comme s’il s’agissait d’un virus,
afin qu’elles ne se solidifient pas sur le plan énergétique. Buvez beaucoup
d’eau. Inspirez de l’air frais. Respirez et centrez-vous. Renforcez
votre système immunitaire par le rire et les pensées optimistes. Ces
mesures feront circuler la toxicité afin qu’elle s’évacue.
Éveiller l’intuition et rajeunir 55
IDENTIFIEZ LES EFFETS DE VOTRE ÉNERGIE ÉMOTIONNELLE SUR LES
APPAREILS ÉLECTRONIQUES
Certains parmi nous travaillent mieux avec l’équipement électronique
que d’autres. Aussi farfelu que cela puisse paraître, je suis
persuadée qu’ils captent nos vibrations, tout comme nous enregistrons
intuitivement les leurs. (Les chercheurs dans le domaine de la
conscience désignent ce phénomène par le terme « effet psychokinétique
».) À mon grand désarroi, j’ai découvert que lorsque je suis
furieuse, j’ai l’effet d’un spectre vengeur. Tout ce qui m’entoure se
brise. Le répondeur. L’imprimante. Les réveils. Les ampoules électriques.
Le grille-pain. Le broyeur. L’un après l’autre, ils défaillent.
Votre énergie émotionnelle, notamment la colère et la contrariété,
est capable de perturber les appareils électriques et technologiques. Si
tel est le cas, identifier le lien entre le bris et sa cause vous prémunira
contre d’éventuels cafouillages.
La solution : En premier lieu, reconnaissez que ce n’est qu’une
phase. C’est passager. Par la suite, efforcez-vous de comprendre votre
angoisse. Repérez intuitivement sa source. Exprimez-la. Fulminez
contre l’univers. Faites une thérapie. Hurlez. Faites n’importe quoi
qui vous en délivrera. Les appareils réagissent à votre champ énergétique
; impossible de leur en passer une. Ils resteront hors d’usage
jusqu’à ce que votre agitation s’apaise. Invariablement, une fois mes
émotions pacifiées, je peux remercier les foules de consultants, réparateurs
et autres.
Comme vous le constatez, éveiller votre intuition, la première prescription
de la méthode pour épanouir l’énergie sacrée offre des solutions à
un éventail d’impasses. Elle explique comment les maintes formes de l’intuition
sont en mesure de catalyser l’énergie en vous ramenant à votre
centre. Efforcez-vous de déceler votre faculté intuitive. Qu’il s’agisse
d’obéir à un sentiment viscéral, d’évaluer les vibrations d’une personne ou
de vous ancrer au beau milieu du tumulte, attachez-vous résolument à
l’écoute intérieure. Depuis ce point central, décelez votre rythme de vie.
Synchronisez-vous à celui-ci et voyez votre énergie positive fleurir.
56 Accéder à son énergie sacrée
Contrariez ce rythme et voyez votre énergie se flétrir. L’art de vivre
consiste à être à l’écoute des signaux subtils. Se laisser guider par ses instincts
est source de délices. L’intuition n’est pas un luxe ; elle est de
rigueur pour trouver le bonheur. Prenez le risque de lui faire confiance. Je
vous l’assure : votre énergie prospérera.
Choyez-vous :
Accordez-vous une activité que vous savez intuitivement accroître
votre énergie. Chantez à tue-tête, perdez-vous dans la contemplation d’un
arc-en-ciel ou dansez la salsa jusqu’aux aurores. La seule obligation, c’est
que cette activité vous semble viscéralement appropriée, indice incontestable
que vous êtes en synchronicité avec votre rythme vital.



Avatar de l’utilisateur
Bénévole
 
Messages: 4759
Inscription: Mer 28 Jan 2009, 17:44

par Pâquerette » Jeu 22 Sep 2011, 09:00

Merci Briséis, et Mandra :D
encore une fois les textes tombent à pic !!! surtout celui de l'empathie intuitive... :fleurs:
"La vérité n'a pas de sentier. Elle est vivante, c'est cela sa beauté." Krishnamurti
Pour des voyances plus complètes, contactez Kinthia et Rouge Pivoine sur :
http://www.kinthia.com/tirage-voyance/
Avatar de l’utilisateur
Animateur
 
Messages: 5952
Inscription: Mar 02 Mar 2010, 20:46

par briséis » Jeu 22 Sep 2011, 09:37

en fait c'est le même texte, c'est que le forum n'accepte pas les posts de plus de 60 000 caractères...j'ai du couper en deux ! :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Bénévole
 
Messages: 4759
Inscription: Mer 28 Jan 2009, 17:44

par Clairotte » Dim 25 Sep 2011, 20:23

rhooo j'adore!!!
Merci Briséis, je vaismême le relire encore une fois!
A la découverte du site
 
Messages: 31
Inscription: Mar 23 Aoû 2011, 12:20
Localisation: La Réunion

par briséis » Lun 26 Sep 2011, 07:14

:D
Avatar de l’utilisateur
Bénévole
 
Messages: 4759
Inscription: Mer 28 Jan 2009, 17:44

par zenattitude » Lun 26 Sep 2011, 07:28

génail ! et bonjour a tous ca fesait un moment :oops:

ps sur pricimisster le livre se trouve à 8 e sur amazone à 39
on le trouve encore.
Sage
 
Messages: 108
Inscription: Ven 21 Jan 2011, 19:55

par Pâquerette » Jeu 29 Sep 2011, 22:22

:wink: :wink: mais oui suis-je bête :oops: ? 8) je n'avais pas pris le temps de lire en entier le premier post ! je m'étais penchée sur le deuxième, tiens ça m'apprendra,
mille merci Briséis
"La vérité n'a pas de sentier. Elle est vivante, c'est cela sa beauté." Krishnamurti
Pour des voyances plus complètes, contactez Kinthia et Rouge Pivoine sur :
http://www.kinthia.com/tirage-voyance/
Avatar de l’utilisateur
Animateur
 
Messages: 5952
Inscription: Mar 02 Mar 2010, 20:46


Qui est en ligne
Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités